Diaspora

Diaspora : Un Togolais de Bordeaux condamné à ne plus rentrer au Togo pour cause d’« assassinat »

 Le Togolais Ablamvi Anani, aventurier à Bordeaux, ne pourra plus jamais fouler le sol de son pays natal. C’est une décision de la cour de justice de son pays hôte à l’issue d’un procès. L’homme est accusé d’avoir assassiné son fils de moins de quatre mois.

En novembre 2014, le Togolais de 33 ans était accusé d’avoir volontairement jeté à l’eau  son fils, Aaron,  dans la Garonne, en plein centre de Bordeaux.  Lors des faits, il a été établi que l’accusé,  en situation irrégulière,  n’était pas en bons termes avec la mère de son enfant qui est une française d’origine togolaise.

Arrêté par la police, l’homme a d’abord évoqué la thèse d’un « accident » expliquant que l’enfant lui avait glissé des mains. Plus tard, il affirmera avoir été envoûté par l’ex-mari de sa compagne.

De  version en version, le Togolais Ablamvi n’a pas pu donner une explication concrète de son acte criminel au cours du jugement. Il écope finalement de 20 ans de réclusion criminelle,  contre une peine de 25 ans qui était requise à son encontre par l’avocat général de la Cour d’assises de Gironde,  Eric Seguin, qui déplore le manque de « sincérité » de ce père de famille.

La peine est assortie d’une interdiction définitive du territoire national. Cette lourde sanction est sans appel.

 

Commentaire d'article

Umalis