Politique

Répression des Manifestants à Mango: Opposition et pouvoir s’accusent

Depuis hier mercredi, les manifestants de l’opposition subissent de sanglantes répressions dans le nord du pays. En conférence de presse ce jeudi, les responsables des partis politiques de l’opposition font savoir que les militaires et miliciens du régime sont les responsables de cette chasse à l’homme à Mango et Bafilo.

D’après la déclaration des leaders de l’opposition, le bilan de la journée d’hier a été lourd à Mango et Bafilo. Ces villes ont été le théâtre de violentes répressions. Alors que le gouvernement accuse les militants du PNP d’être les instigateurs de la violence, l’opposition révèle que ce sont les miliciens et militaires envoyés par le régime qui violentent la population.

Selon les informations, des militaires sont nuitamment rentrés dans les maisons pour bastonner tous ceux qui s’y trouvaient. « Nous apprenons qu’ils tirent à balles réelles et qu’il y a des incendies partout dans la ville (Ndlr, Mango) », précise la déclaration de l’opposition.

On parle également d’infiltration dans les manifestations de l’opposition à Dapaong. « A Dapaong, les marcheurs de l’opposition ont été infiltrés par des milices qui ont tenté de dévier l’itinéraire de la marche vers la préfecture et ont brûlé des pneus partout dans la ville », poursuit la déclaration. L’opposition déplore plusieurs agressions dans son rang. « Un responsable de l’opposition a été étranglé et laissé pour mort », précise la déclaration.

Commentaire d'article

Umalis