Politique

La CPI donne suite à la plainte déposée contre le ministre togolais Yark

Après la répression sanglante des manifestations du 19 août dernier faisant deux morts, une plainte avait été déposée à la Cour pénale internationale (CPI) contre le ministre de la sécurité et de la protection civile, le colonel Yark Damehame. Les auteurs de la plainte sont entre autres, les familles et parents des victimes, le Collectif des Togolais vivant en Belgique, Allemagne, France, Canada et le Mouvement national de Libération du Togo. Déposée le 22 août, la CPI a accusé réception de la plainte le 4 septembre dernier.

« En effet, monsieur Damehame YARK s’est rendu, par ses déclarations tenues sur les ondes de plusieurs médias publics et privés lors d’une conférence de presse publique, appelant clairement à la répression, seul responsable de la répression barbare des manifestants pacifiques marchant les mains nues », précisait la plainte.

L’institution de Fatou Bensouda a accusé réception du dossier. « Le bureau du procureur de la Cour Pénale Internationale accuse réception de vos documents/votre lettre » a mentionné un courrier signé par le Chef de l’Unité des informations et des éléments de preuve, Mark Dillon. Et de préciser, « nous ne manquerons pas de vous communiquer par écrit la décision qui aura été prise à ce sujet, ainsi que les motivations qui la justifient ».

Commentaire d'article

Umalis