Diplomatie

Togo / Ce que vous ignorez du report du Sommet Afrique-Israël …

Alors que les démarches sont en cours pour l’organisation du Sommet Afrique-Israël qui devait normalement se tenir dans la capitale togolaise du 23 au 27 octobre 2017,  un communiqué conjoint publié ce 11 septembre dernier par le ministère israélien des Affaires étrangères et la délégation togolaise a indiqué que ce rendez-vous est envoyé aux calendres grecques. Voici les dessous de cette affaire…

En effet, la modification dans le calendrier est intervenue sur demande expresse du chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé et après consultations avec le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou. Ce sommet, objet de nombreuses polémiques, avait pour objectif de renforcer la coopération entre les pays africains et l’Etat hébreu ainsi que l’unification des efforts en vue de la lutte contre la menace de la paix et de la sécurité en Afrique et dans le monde. D’après le communiqué, le président togolais souhaite avoir encore un peu plus de temps pour optimiser les chances de réussite à cet événement intercontinental.

Rappelons que l’initiative de ce rendez-vous diplomatique n’a pas obtenu l’assentiment général sur le continent. La plupart des Chefs d’Etat africains ont boudé le sommet Afrique –Israël et, cette décision n’est que pour leur plus grand plaisir. Par contre, ce report serait un coup fatal porté à la diplomatie israélienne qui n’a cessé de débiter depuis l’été 2016 des discours optimistes et satisfaits par rapport à un rapprochement avec de nombreux pays du continent africain, brouillant ainsi la piste de leur alignement systématique derrière la cause palestinienne.

A cet effet, Hanan Ashrawi, membre du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a tenu à exprimer, mardi 12 septembre, sa « profonde gratitude à l’égard de l’Afrique du Sud et des nations arabo-africaines, dont l’Algérie, la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie » pour leur rôle dans l’annulation du sommet. Selon Toba Tanama, le conseiller en communication du président togolais, la décision du report aurait d’ailleurs été prise il y a quelque temps déjà. « Elle a été actée lors de la visite privée du président [Faure Gnassingbé] en Israël [du 6 au 8 août] et après des discussions avec le premier ministre israélien. Elle démontre que ce report n’est absolument pas lié à la situation intérieure togolaise ».

Commentaire d'article

Umalis