Politique

Togo / Le projet de loi sur la modification constitutionnelle sera examiné ce mercredi

Selon l’ordre du jour de la session parlementaire extraordinaire de ce mardi, l’avant projet de loi de réforme constitutionnelle relatif à la limitation de mandats présidentiels ne pourra être discuté. En réponse à cette disposition, les députés de l’opposition ont réclamé une suspension immédiate de la session. Ce qui fut fait !

Les dernières manifestations publiques au Togo et à la diaspora ont, semble-t-il, balisé la voie aux discussions parlementaires pouvant aboutir à satisfaire les revendications des populations. En effet, une session extraordinaire a été convoquée ce mardi. La veille au soir sur la Télévision nationale, Alphonse Waguena, le secrétaire général de l’Assemblée nationale a précisé que « selon l’article 110 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, la révision constitutionnelle ne peut pas faire l’objet d’une procédure d’urgence ».

Ainsi, dès l’ouverture de la session, l’opposition togolaise a demandé sa fermeture immédiate, ce qui a entraîné la suspension de la séance au Parlement. « Nous avons constaté, malheureusement, que ce n’est pas une question qui est à l’ordre du jour. Nous trouvons ça extraordinaire, surréaliste. Vous êtes des élus du peuple. Le peuple est dans la rue depuis plusieurs jours pour revendiquer quelque chose, et vous ne pensez pas à l’inscrire à l’ordre du jour. Nous sommes venus leur dire: « ce n’est pas normal » », a déclaré Brigitte Adjamagbo-Johnson, la présidente du CAP 2015, au micro de la correspondante de VOA au Togo.

Dama Dramani, le président de l’Assemblée Nationale a indiqué que les présidents des partis politiques togolais se concerteraient mercredi pour discuter de l’avant-projet de loi.

Commentaire d'article

Umalis