Beauté

Selon la Miss Togo 1999, « la beauté naturelle doit primer sur la beauté cosmétique »

Elle a été l’une des 1ères reines de la beauté togolaise. Sacrée en 1999, Déborah Bassuka a porté la couronne pendant un an avant de s’installer en France. Remarquable par sa peau métissée et des fossettes creusant son visage joufflu, l’ancienne Miss Togo a aujourd’hui une autre vision de ce qu’est la beauté africaine. Et, elle s’engage à valoriser la beauté naturelle de la femme africaine.

Au premier abord, Déborah Bassuka déplore le fait que les compétitions pour l’élection des Miss dans la plupart des pays africains aient perdues leur sens véritable. Au cours de ces évènements, la beauté naturelle est le plus souvent tronquée contre la beauté acquise à grand renfort de produits cosmétiques. C’est ainsi que l’ancienne Reine de la beauté togolaise a créé l’année dernière l’association Miss Togo Diaspora (MTD) qui a pour crédo : la valorisation de la beauté naturelle.

« Une femme peut être belle naturellement et éviter de représenter cette stéréotype dans laquelle on pousse les femmes à montrer qu’on peut être Miss et représenter une valeur », défend-t-elle. « Lors du spectacle de Miss Togo Diaspora,  on travaille à favoriser l’estime de soi de la jeune femme togolaise et déconstruire les préjugés en sublimant et valorisant la beauté naturelle et en encourageant, d’autre part, l’utilisation de produits de maquillage, cosmétique ou de coiffage respectant la peau noire et métisse et le type de cheveux des candidates », a indiqué Déborah Bassuka.

Pour la Miss Togo 1999, le nappy, le « natural happy hair » qui est le reflet de la beauté originale africaine doit être prise en compte dans les critères de sélection pour les concours de beauté en Afrique et particulièrement au Togo.

Commentaire d'article

Umalis