Politique

Pas d’objectivité dans le jugement des manifestants du PNP, Me Dodji Apevon

« Lorsque vous poursuivez quelqu’un, il faut avoir la possibilité de démontrer la participation de la personne à l’infraction qui lui est reprochée. Mais ce que le Procureur a requis a été malheureusement suivi par le Président du Tribunal. Je ne vois pas comment, ils ont pu asseoir la culpabilité de tous ceux qu’ils ont condamné ».

C’étaient les propos de Me Dodji Apevon, l’un des avocats des manifestants du PNP jugés et condamnés hier mardi. Selon lui, le procès des militants du PNP est un « procès politique ». Le verdict a été donné par le président du tribunal comme on « dicte une loi », a-t-il ajouté. Sur 27 manifestants accusés, 12 ont été libérés et les 15 autres ont été condamnées à 12 mois de prison, dont 7 mois avec sursis.

Une condamnation qui a frustré le collège des avocats, composé de Me Dodji Apévon, de Me Kpandé Adzaré, Me Agbogan Célestin, Me Amégan et Me Amékoudji. « C’est tout le monde qui doit être relaxé puisque c’est dans les mêmes conditions qu’on a arrêté tout le monde. Quand ils ont eu le courage de libérer les 12, les 15 autres, (ndlr, parlant de Lomé), on ne sait ce qu’ils ont posé comme actes. Ce qu’on a compris c’est qu’ils ont fait un jugement juste pour contenter l’opinion et condamné d’autres pour qu’on dise qu’ils ont fait un jugement équitable », s’est indigné Me Dodji Apévon.

Notons que les avocats de la défense veulent faire un appel pour obtenir la libération des autres manifestants.

Commentaire d'article

Umalis