Société

Togo / Chacun en trouve pour son compte dans la déclaration des Organisations de la Société Civile (OSC)

En conférence de presse ce jeudi, une trentaine d’organisations de la société civile togolaise ont fait le point des dernières évolutions de la situation sur la scène politique togolaise et présenté leurs plans d’action. Elles se sont appesanties sur les conséquences malheureuses des marches synchronisées du PNP (Parti National Panafricain) et ont proposé des mesures essentielles à mettre en œuvre.

« La paix est un bien inestimable dont on ne mesure la valeur réelle que lorsqu’on l’a perdue.  Aussi, le Togo ne peut avancer sans la paix », a tenu à rappeler ces organisations de la société civile (OSC) à l’instar de WANEP Togo, LTDH, CNSC Togo, CACIT, UST, LCT, ASVITTO et bien d’autres. Aussi, elles invitent « les acteurs politiques et les autorités togolaises à la compréhension mutuelle en tant que fils et filles d’un même pays soucieux du développement intégral du Togo ». Selon ces OSC, « la cause profonde de ces tensions et malaises est l’absence de mise en œuvre des accords relatifs aux réformes constitutionnelles et institutionnelles notamment l’APG, les recommandations de la CVJR, l’atelier de Juillet 2016 du HCRRUN ».

A cet effet, elles en appellent « à la responsabilité du Chef de l’Etat, en tant que premier garant de la stabilité du pays à œuvrer pour la concrétisation de ces accords en réglant définitivement les questions sur les réformes constitutionnelles dans l’intérêt supérieur du peuple togolais dans les meilleurs délais ». Quant au gouvernement, il doit « faire preuve de plus de retenue et de courtoisie dans ses déclarations qui doivent se faire sur un ton apaisé afin de consolider la paix sociale, garantir l’exercice de la liberté de manifestation sur l’ensemble du territoire et exiger plus de professionnalisme et de responsabilité de la part des forces de l’ordre dans l’encadrement des manifestations afin d’éviter les dérapages ».

Les OSC se sont ensuite tournées vers les responsables de partis politiques pour qu’ils inculquent à leurs militants le respect des biens publics et l’abandon de tout propos incitant à la violence et à la haine. Aussi, les propagandistes sont invités au respect scrupuleux des textes qui régissent les manifestations publiques. Par ailleurs, ces organisations de la société civile appellent les populations à cultiver l’esprit d’apaisement et de fraternité entre elles.

Commentaire d'article

Umalis