Politique

Togo / Manifestations du 19 août : Le ministre Yark Damehane s’exprime enfin !

Après le concert de communiqués de condamnation de la part des partis politiques de l’opposition et des organisations de la société civile, le gouvernement retranché dans son silence depuis les évènements de ce fameux 19 août, a décidé de donner sa version des faits en vue d’éclairer l’opinion nationale et internationale.

Dans un communiqué public, le ministre togolais de la Sécurité et de la Protection Civile, au « nom du Président de la République et de l’ensemble du gouvernement », exprime ses sincères condoléances aux familles éplorées et ses vœux de prompt rétablissement aux blessés lors des manifestations du week-end dernier. Par ailleurs, le Colonel Yark Damehane s’est appesanti sur les évènements de cette fatidique journée en les décrivant de fond en comble. Il fait porter le chapeau de la culpabilité aux premiers responsables du Parti National Panafricain (PNP) pour leur entêtement à ne pas respecter les recommandations et observations faites par le ministère de l’Administration Territoriale.

Au cours des manifestations de Sokodé, « des manifestants se sont permis de s’en prendre physiquement à certains éléments des forces de sécurité qui ne jouaient que leur rôle de maintien de l’ordre, de les dépouiller de leurs armes comme le montrent plusieurs images et vidéos amateurs », a-t-il déploré. Selon le Colonel Yark Damehane, d’autres armes découvertes auprès des manifestants ne « font pas partie de celles dérobées au commissariat de police » de la ville de Sokodé.

En ce qui concerne le travail des médias, le ministre dit regretter « l’absence d’équilibre dans le traitement des informations dans les médias internationaux comme l’atteste le parti pris flagrant de ne pas relever le caractère très violent des manifestants qui ont incendié le commissariat de la ville, saccagé et brûlé les véhicules et engins à deux roues en stationnement dont un véhicule de la police, une ambulance des sapeurs-pompiers et dérobé des armes et des munitions ».

Notons que des événements du 19 août 2017, on relève selon les chiffres du gouvernement, deux (02) morts, cinquante-sept (57) blessés parmi les forces de l’ordre et 20 blessés parmi les manifestants ainsi qu’une soixantaine d’arrestations.

Commentaire d'article

Umalis