Société

Togo / Les Ablodeviwo réclament le vrai bilan « des tueries du 19 août »

Les manifestations du PNP du samedi dernier et leurs conséquences continuent de faire couler de l’encre et de la salive. C’est sous un angle différent que les Ablodéviwo ont décidé d’aborder le sujet. Vu l’incohérence entre les images sanglantes qui ont inondé les réseaux sociaux, le bilan dressé par le responsable du PNP et celui dit « officiel », cette association exige des institutions de défense des droits de l’homme de mener des enquêtes pour produire un bilan exact.

Les images transmises en direct par les réseaux sociaux, les témoignages irréfutables des témoins oculaires des manifestations du 19 août 2017 sur l’appel du PNP, et les méthodes de manipulation bien connues du régime héréditaire, cinquantenaire, et sanguinaire togolais incitent tout observateur avisé de la vie politique togolaise à ne pas croire sur parole le bilan officiel de ces manifestations présenté sans preuve par le directeur national de la police togolaise le soir de cette date, mais à réclamer le vrai bilan des tueries du 19 août 2017 de la part d’institutions plus crédibles comme la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme et la Croix Rouge Internationale.

En effet, il est légitime pour un tel observateur de soupçonner que le bilan officiel des évènements du 19 août présenté par le chef de la police nationale a été trafiqué pour atténuer la responsabilité personnelle du Président de la République togolaise dans ces tueries qui viennent s’ajouter à celles de 2005, pour rendre sa situation morale et pénale intenable, notamment selon le principe du « profiteur du crime ». Cette situation est d’autant plus intenable pour lui que selon la constitution en cours au Togo dont il est le garant, un citoyen togolais responsable d’un seul crime d’homicide volontaire et prémédité encourt la peine de la prison à perpétuité, alors que l’amnistie est négociable avec l’opposition togolaise pour le président « partant » pour des motifs supérieurs de paix nationale. Les informations sûres de sources militaires et civiles qui nous sont parvenues font état plus d’une dizaine de manifestants tués sur toute l’étendue du territoire togolais et dont les corps ont été récupérés de manière non concertée soit par les forces de l’ordre, soit par les proches, et de 7 gendarmes tués au commissariat de Sokodé, sans parler des dizaines de blessés graves parmi les forces de l’ordre dont plusieurs risquent de succomber à leurs blessures dans les jours à venir.

Il est donc urgent et crucial que des institutions plus crédibles que celles du régime héréditaire et sanguinaire togolais, comme la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme et la Croix Rouge Internationale, établissent et publient un bilan plus fiable, sur la base duquel peuvent être plus objectivement dénoncés et sanctionnés le commanditaire et les exécutants du bilan des tueries du 19 août 2017 au Togo, après la mascarade de la purification du Togo à laquelle se sont naïvement prêtées les autorités religieuses togolaises, sans confession ni réparation de la part des coupables des crimes de sang qui leurs sont reprochés, et sans l’alternance politique pacifique comme en Afrique du Sud, garant de la réconciliation, de l’unité et de la paix nationales, et du redressement politique, économique, social et moral indispensables au Togo après un demi-siècle d’un pouvoir héréditaire ruineux sur tous les plans politiques, économiques, sociaux, et moraux, dans un pays dont l’hymne national impose à ses citoyens le devoir moral impétueux de faire de « Togo chéri l’or de l’humanité ».

ABLODE ! ABLODE ! ABLODE GBADJA !!!

ABLODEVIWO

Commentaire d'article

Umalis