Politique

« Awa Nana sera responsable de ce qui arrivera au peuple togolais », Raphaël Kpandé-Adzaré

Ce dimanche 20 août, cela fait 11 ans que les acteurs politiques togolais ont signé l’Accord politique global (APG), un accord qui devait conduire à la résolution des problèmes issus des violences pré et post-présidentielle d’avril 2005. Mais d’après le président de la Ligue togolaise des droits de l’homme (LTDH), Raphaël Kpandé-Adzaré, les actions prescrites par l’APG notamment les réformes, ne sont toujours pas effectives.

Raphaël Kpandé-Adzaré tient pour responsable la présidente de la Commission de réflexion sur les réformes Awa Nana, également présidente du Haut-commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN) et médiatrice de la République. Au cours d’une conférence de presse que la LTDH a organisé ce dimanche à Lomé, le patron de la LTDH a estimé que la tournée qu’a entreprise Awa Nana n’a pas lieu d’être. Il prend à témoin, l’atelier organisé par le HCRRUN en décembre 2016, au cours duquel les forces vives de la nation avaient dégagé un consensus sur la limitation du nombre de mandats présidentiels et le mode de scrutin à deux (2) tours.

« Sur ces deux points, il n’y a pas eu de divergence, le consensus était total. A l’atelier, on a convenu que pour décrisper l’atmosphère politique qui prévaut dans le pays, ces deux réformes étaient essentielles et il fallait les mettre en œuvre avant de continuer à voir ce qu’on doit faire concernant les autres », a déclaré M. Kpandé-Adzaré.

Et d’ajouter, « Awa Nana sera responsable de ce qui arrivera au peuple togolais et répondra de ses actes devant l’histoire. Si elle ne veut pas de problème, il faut qu’elle démissionne comme elle l’avait fait en 1998 ».

Commentaire d'article

Umalis