Politique

Marche PNP/Menace du gouvernement: que d’indignation et d’étonnement à la CDPA

Alors que le gouvernement profère des menaces, Tchikpi Atchadam campe sur sa position de tenir sa marche de samedi suivant ses propres itinéraires. Aura-t-elle lieu ? Plus d’un s’interrogent vu la tournure que prennent les choses. Des réactions fusent de tous les côtés. C’est rien que des inquiétudes, indignations et étonnement… La situation n’a pas laissé indifférente la CDPA (Convention démocratique des peuples africains).

Le parti de Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson vient de sortir un communiqué à cet effet. « La CDPA suit avec étonnement et indignation la menace de violence proférée par le gouvernement sur la marche organisée par le PNP le 19 août 2017 sur toute l’étendue du territoire », lit-on.

Le plus choquant dans cette situation souligne le parti membre du CAP 2015, l’État qui est garant de la liberté des citoyens, se transforme en son bourreau. « La CDPA est particulièrement choquée par cette violence annoncée par l’autorité qui devrait plutôt protéger le droit de manifester », écrit Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson.

Par ailleurs, elle « condamne cette attitude et met en garde  le gouvernement contre tout acte de violence exercée sur les manifestants », tout en prévenant de défendre avec détermination le « droit de manifester acquise de haute lutte ».

Commentaire d'article

Umalis