Politique

Ce que pense Tikpi Atchadam de la tournée de la Commission de réflexion sur les réformes

Le Parti national panafricain (PNP) dans les dernières lignes droites de sa manifestation synchronisée de demain samedi 19 août, malgré l’interdiction, les menaces et les mises en garde du gouvernement. Deux revendications sous-tendent ces manifestations. Il s’agit notamment d’un retour à la constitution de 1992 et le vote de la Diaspora.

Reçu sur Victoire Fm, le président du PNP Tikpi Atchadam s’est prononcé sur ces revendications qu’il trouve légitimes. S’agissant du premier, « le retour à la constitution de 1992 », trouve que la tournée de la commission de réflexion sur les réformes est une perte de temps et un gaspillage des ressources de l’État. Selon lui, les togolais veulent simplement mieux vivre, se soigner… « Les Togolais veulent ce que les Ghanéens ont, ce que les Béninois ont… ils veulent se soigner au Togo, ils ne veulent plus des salles de classe à plus de 70 personnes… », a-t-il laissé entendre.

En outre, M. Atchadam réfute l’idée de création d’un cadre de discussions sur les réformes. Car avance t-il, « encore un dialogue moi je n’y crois pas ». Dans la foulée, il estime que le temps des réformes est révolu puisque selon lui, la tournée de la commission Awa Nana, cache une volonté « d’écrire une nouvelle constitution, donc une 5ème République. Seulement que cette constitution est taillée sur mesure. C’est pour Faure qu’on veut écrire cette constitution ».

Quant à la seconde revendication, « le vote de la Diaspora », Tikpi Atchadam dit ne pas comprendre que « la Constitution le reconnaisse, le code électoral le confirme mais que les autorités ne mettent pas les moyens ». Selon lui, c’est une injustice envers ces compatriotes, en leur retirant le droit de vote. Et de conclure, « le vote de la diaspora est la voie royale pour aller à l’alternance au Togo ».

Commentaire d'article

Umalis