Faits divers

Quand une affaire de 1500 FCFA fait couler le sang d’un détenu à la prison civile de Lomé

Les faits remontent dans l’après-midi de dimanche 13 août à la prison civile de Lomé. Un détenu de nationalité nigérian aurait enfoncé un couteau dans le cou d’un autre détenu de la même nationalité, faisant coulé du sang pour une affaire de 1500 francs CFA.

Il était aux environ de 16 heures dans l’après-midi de dimanche quand le drame est survenu, selon les informations recueillies. Ce drame remet sur le tapis, la question de la surpopulation carcérale et de la cohabitation entre les détenus accusés de délits mineurs et ceux de crimes graves et parfois condamnés à de lourdes peines. « Les condamnés à perpétuité ou à de très longues peines sont généralement  les plus violents car ils se disent qu’ils n’ont plus rien à perdre », a confié un agent du Corps de surveillance de l’administration pénitentiaire, tout en évoquant le manque de surveillants.

Selon un défenseur des droits de l’homme présent sur les lieux, les autorités judiciaires doivent repenser la question des peines alternatives. « Il est temps que les autorités judiciaires permettent aux condamnés affichant un bon comportement de bénéficier de mesures de liberté anticipée pour dissuader les candidats à la violence et les inciter à bien se comporter », a-t-il indiqué.

Commentaire d'article

Umalis