Technologie

TOGOCOM : Comme une odeur de fiel entre Mme Cina Lawson et les agents de Togo Telecom-Togo Cellulaire…

Depuis le début du processus de transformation de ces deux (2) sociétés d’Etat (Togo Telecom et Togo cellulaire), la communication semble s’embrouiller entre les agents des deux sociétés et leur ministre de tutelle, Cina Lawson. Le projet en soi ne pose pas grand problème. Mais, les implications d’une telle fusion sont énormes. C’est sur ce points que les opinions ne concordent pas…

En effet, l’idée de la fusion de ces deux sociétés remonte au 13 mars 2015 et ce fut l’initiative de la ministre togolaise des Postes et de l’économie numérique, Cina Lawson. Le Comité de coordination (COCORD) a été ensuite mis en place quelques mois après pour produire des recommandations et un business plan. Ce qui fut d’ailleurs fait. Mais aucune suite n’a été donnée à ces documents. 15 mois après, le projet de fusion de Togo Telecom et de Togo Cellulaire a plutôt fait place à celui d’une transformation des deux boîtes en une société Holding d’Etat et ses trois (3) filiales Infracom, Instalcom et Servicescom. L’inquiétude s’installe donc dans le rang des agents de Togo Telecom et Togo Cellulaire. Les esprits sont en alerte. Une tournée nationale a donc été organisée par les responsables syndicaux.

« Nous avons commencé cette tournée après avoir vécu la fameuse journée du 24 juillet organisée par la ministre Cina Lawson pour lancer le groupe Togocom. La somme des messages que nous avons eus depuis le 13 mars 2015 en passant par avril et juillet 2016 qui sont les rapports d’étape du processus de transformation, a suscité en nous des inquiétudes qui ne peuvent pas être tues. Il va falloir que tous les agents des deux sociétés sur toute l’étendue du territoire partagent les informations qui nous ont été servies à Lomé et que nous prenions, en fonction de nos expériences diverses, l’orientation idoine afin que les travailleurs ne soient pas les perdants dans ce processus », a confié à Global Actu, Aminou Mouhamad Bacharou, le secrétaire général du Syndicat des agents de Togo Telecom (SAT).

Concernant le même dossier, l’annonce d’une prochaine nomination de la chargée de communication de TogoCom avec un salaire de 2,5 millions de francs CFA, alors même que le Directeur général de Togocel est à 1,5 million de francs CFA a tôt fait d’envenimer le climat. En outre, les agents des deux (2) sociétés craignent l’éventualité de réduction drastique du personnel de 1211 à 511. Un scénario semblable à celui précédant la création de l’actuel OTR, ne risque-t-il pas de se reproduire ?

Commentaire d'article

Umalis