Société

Lomé-Apédokoè : Des maisons se sont écroulées sur le passage du ministre Sessenou Fiatuwo

Une délégation composée du ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et du Cadre de Vie, Fiatuwo Kwadzo Sessenou, du Colonel Hodabalo Awata, du Préfet du Golfe et de Kossi Agbényégan Aboka, président de la délégation spéciale de la préfecture du Golfe a pris de court les habitants du quartier Apédokoè ce vendredi. Arguant que certaines constructions sont érigées sur des réserves administratives, un tracteur les a démolies sur instruction du ministre Sessenou. Il n’est pas resté pierre sur pierre…

Pleurs, cris et lamentations ont fait écho au bruit du tracteur de l’Anasap en besogne. En un rien de temps, un grand espace jonché de pierres et de débris s’étendait à perte de vue. Devant l’hostilité et la tension qui flottaient dans l’air, le ministre Fiatouwo Sessenou de l’Urbanisme s’est justifié : « lorsqu’on faisait les opérations d’urbanisation ici et que l’Etat s’étant rendu compte qu’il a pris plus de 50% auprès des propriétaires, on leur a rétrocédé un terrain ailleurs et ils ont disposé de ce terrain. Et après ils reviennent encore pour s’implanter dans la réserve administrative. Nous avons envoyé une mise en demeure à ceux qui occupent le terrain, ils n’ont pas réagi. Lorsqu’ils ont commencé à construire, nos techniciens sont venus inscrire sur le mur : Réserve administrative, cessez les travaux ».

Vu que les populations n’ont pas respecté les consignes données, le ministre considère cette attitude comme un affront à l’égard de l’Etat. «  Le gouvernement ira jusqu’au bout pour récupérer toutes ses réserves administratives sans état d’âme », a-t-il lancé avec un air de défi. De leur côté, les victimes soutiennent qu’ils n’ont même pas eu écho de ces avertissements.

Commentaire d'article

Umalis