Sports

Le congrès électif de la Fédération togolaise de boxe s’annonce tumultueux

Pour les membres de la Fédération Togolaise de Boxe (FETOBOXE), l’élection d’une nouvelle équipe dirigeante relève d’une énigme. Sans leader depuis la démission de l’ancien président Kelani Azaad Bayor qui s’est retrouvé à la tête du Comité national olympique du Togo (CNO-Togo), l’instance faîtière de la boxe au Togo peine à réconcilier les deux groupuscules antagonistes et faire régner la cohésion en son sein.

En effet, la Fédération Togolaise de Boxe (FETOBOXE) est sujette à une crise interne et tiraillée entre deux camps. Le congrès électif annoncé pour le 19 août prochain parviendra-t-il à remettre cette fédération sur les rails et lui conférer la stabilité ? D’aucuns pensent que l’ancien président du CNO-Togo continue de tirer les ficelles d’où il se trouve pour placer l’un de ses privilégiés à la tête de la FETOBOXE. De l’autre côté, les protagonistes ne pensent pas rester les mains croisées. C’est ainsi que l’ancien fief de Kelani Azaad Bayor se trouve à la merci de ses deux camps qui s’affrontent.

D’après le procès-verbal sanctionnant la réunion préparatoire dudit congrès organisée le 3 août dernier, « seuls les clubs ayant participé au congrès de 2012 et dont les dossiers sont au complet prendront part et auront droit de vote lors du congrès. Les candidats aux postes de 1er Vice-Président, Secrétaire Général doivent obligatoirement être présentés par des clubs régulièrement enregistrés à la FETOBOXE et dont les dossiers sont à jour. Une modification a été porté à l’article 32 relative à l’éligibilité à la présidence du bureau exécutif de la FETOBOXE ». Selon les détracteurs, ces décisions n’augurent rien de bon. La salle du congrès de la Fédération Togolais de Boxe ne risque-t-elle pas de devenir un « ring » ?

Commentaire d'article

Umalis