Société

Whatsapp et les réseaux sociaux : Les valeurs morales à l’épreuve du numérique…

Que nous reste-t-il de nos valeurs morales ? Quelle éducation aujourd’hui pour un vivre ensemble harmonieux et respectueux les uns des autres ? Les réseaux sociaux ont tôt fait de s’immiscer dans nos vies et de s’y imposer. Les relations interpersonnelles passent par nos smartphones et la vie sociale est dépeinte à la lumière des réseaux sociaux. Les récents évènements ont prouvé jusqu’où la folie du numérique peut nous entrainer.

Muni de sa tablette ou de son Ipnone, chacun est une « star » à sa manière. A côté du flux d’informations, les fichiers multimédias inondent les réseaux sociaux les uns plus choquants que les autres. N’avons-nous pas été visionneur ou diffuseur des images des humoristes fauchés par la mort dans ce grave accident de circulation ?

Des images heurtant la sensibilité qui pourtant ont circulé sur les réseaux sociaux sans état d’âme. Le phénomène a pris une telle ampleur que l’Observatoire Togolais des Médias (OTM) et le gouvernement togolais sont montés au créneau pour rappeler à l’ordre. C’est croire que certains se délectent de la vue de ces fichiers. Sinon, comment expliquer que des pseudos « journalistes » aient suivi les corps jusqu’à la morgue pour pendre des photos et les partager ? Que nous reste-t-il d’humain ?

Du moment que Whatsapp et les réseaux sociaux sont accessibles à tous sans aucune restriction, il est important de mettre des garde-fous qui puissent limiter les excès dans les utilisations. Certes, on ne peut pas empêcher tout le monde de chasser des images au moment où un évènement a lieu mais l’existence d’une loi restrictive aura le mérite de dissuader ou, à la limite, d’exposer les auteurs de publications indécentes à des sanctions.

Commentaire d'article

Umalis