Culture & Réligion

Pour la promotion du cinéma togolais, l’acte VII du FESFICA a tenu ses promesses

Le Festival du Film Court d’Atakpamé (FESFICA) a eu lieu du 26 au 29 juillet au Centre Culturel d’Agbonou à Atakpamé. Organisé par l’Association Nouvel Espoir d’Afrique, il a été financé par le Fonds d’Aide à la Culture (FAC) avec l’appui de certains partenaires culturels. Des projections de films, des débats, des ateliers de formation et d’initiation aux métiers de la scène, une visite touristique dans la ville, des prestations de danse et du Slam constituent l’essentiel des activités.

Cette édition a vu la participation des réalisateurs venus du Gabon, du Mali, de l’Allemagne et du Burkina-Faso. Au total, 12 films ont été sélectionnés. Selon l’Ambassadeur de l’Allemagne au Togo, Christoph Sander, ce Festival constitue une occasion pour les  acteurs, amateurs et cinéphiles de développer des réflexions à propos des questions essentielles liées au cinéma. A cet effet, il a invité les autorités et les populations à soutenir cet évènement qui fait la fierté de la préfecture de l’Ogou sur le plan national et international.

Pour sa part, Samuel Tchaou Omou, président de l’Association Nouvel Espoir d’Afrique, a salué l’initiative qui représente selon lui une opportunité de rencontres cinématographiques avec des professionnels africains du domaine mais aussi un cadre de rencontres et d’échanges avec des professionnels venant de l’Europe. Il s’agit également d’insuffler aux jeunes générations la passion pour le 7ème art. C’est pourquoi, le représentant du directeur régional des arts et cultures des plateaux, Améganvi Thimoté, a invité les cinéastes togolais à plus de professionnalisme.

Commentaire d'article

Umalis