Société Uncategorized

Togo / Le coup de cœur de Pax Africana à la mémoire des grands hommes perdus

La fondation PAX AFRICANA crée par l’ancien ministre togolais Edem Kodjo,  dans sa mission de garantir la paix et le développement en Afrique par la construction de l’Unité du Continent, se livre à un exercice de mémoire. Dans une note publiée ce lundi, «PAX AFRICANA» fait une révérence à tous ceux qui ont d’une manière ou d’une autre rendu service à notre patrie.

«  Hommage à vous, illustres disparus !

La première moitié de l’an 2017 a arraché à notre affection, des acteurs clé de notre histoire contemporaine. A travers leurs postures respectives et les vertus qu’ils ont incarnées dans leurs domaines professionnels divers, ces hommes et femmes ont marqué leur passage parmi nous d’une empreinte indélébile. Des legs inaltérables à la postérité pour un monde plus juste, apaisé et respectant la dignité humaine proviennent d’eux.

L’ancien Président de la BAD, Babacar Ndiaye, l’ex chancelier allemand Helmut Kohl, l’ancienne Présidente du Parlement européen, Simone Veil, l’activiste de la lutte anti-apartheid et compagnon de cellule de Mandela, Ahmed Kathrada, les journalistes Laurent Sadoux, Jean Karim Fall et Hervé Ghesquière ont admirablement incarné cette quête effrénée de la construction de la civilisation de l’universel.

Sur le plan national, la Culture togolaise et tout singulièrement le secteur de la musique et de la défense des droits des acteurs du showbiz ont perdu en la personne de Basile Adewussi (rappelé à Dieu le 02 juillet dernier) un talent avéré. Le regretté Adewussi rejoint Ablodévi Eklu-Nattey, un acteur hors-pair, au ‘’Panthéon’’ des acteurs discrets mais combien efficaces qui ont œuvré activement pour l’épanouissement de notre culture.

Des modèles à vanter auprès des nouvelles générations. Tout comme John Codjo Messan alias Kpalongo, boxeur international togolais, 4 fois champion d’Afrique et vice-champion du monde dans sa catégorie. Ou encore le compositeur émérite Isaac Yao Mawuko Dogbo qui a toujours su nous éblouir.
La perte de ces talents dans les mondes culturel et sportif togolais nous interpelle collégialement, à nos divers rangs, à travailler pour créer un environnement plus propice à l’épanouissement des talents du sport et de la culture. Deux domaines d’activités qui sont dans le monde contemporain de véritables industries qui génèrent d’inestimables ressources et vendent l’image de nos Etats africains sur la planète. La Fondation PAX AFRICANA réaffirme à l’endroit des proches de tous ces disparus sa sympathie et sa solidarité.

Fait à Lomé, le 17 juillet 2017 ».

Commentaire d'article

Umalis