Culture & Réligion

Religion/ La prière « Notre père » bientôt modifiée chez les catholiques

En décembre prochain le « notre père » tel qu’enseigné dans la bible connaitra une légère modification chez les catholiques. La décision a été prise le 31 mars dernier par la Conférence des évêques de France et rentrera en vigueur le premier dimanche de décembre 2017 dans toute forme de liturgie publique.

Cette décision résulte  de 17 années de travail et de réflexion des évêques pour modifier intégralement la bible qui selon eux a subi des transformations de messages lors des différentes traductions  dans plusieurs langues. Elle a été validée en 2013  par le Vatican  mais cette approbation est restée lettre morte jusqu’à ce jour. Pour cause, de divergences de vues sont nées entre les Conférences épiscopales francophones et la Congrégation pour le culte divin à Rome.

Toutefois à la suite d’un compromis œcuménique signé dans la foulée du concile Vatican II, la  prière « notre père » pourra subir un léger changement. C’est le 10 ème verset, notamment le passage « et ne nous soumets pas à la tentation »qui est concerné.

Selon les évêques, le verbe grec « eisphérô » (Mt 6,13) qui signifie littéralement « porter dans », « faire entrer », aurait dû être traduit par « Ne nous induis pas en tentation » ou « Ne nous fais pas entrer en (dans la) tentation », ou encore « Ne nous introduis pas en tentation ».

Or la formulation de 1966 laissait supposer une certaine responsabilité de Dieu dans la tentation qui mène au péché, comme s’il pouvait être l’auteur du mal. Cette traduction pouvant prêter à confusion, il fallait donc un approfondissement théologique.

La nouvelle formule sera donc « Et ne nous laisse pas entrer en tentation ».

 

Commentaire d'article

Umalis