Politique

L’opinion d’Agbéyomé Kodjo sur l’actualité sociopolitique et économique du Togo

Le président national de l’Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS) Agbéyomé Kodjo était invité dimanche dernier sur la radio Pyramide fm, où il fait le décryptage de l’actualité sociopolitique et économique du Togo. L’ancien premier ministre estime que pour l’heure, l’opposition togolaise a encore beaucoup à faire si elle veut conquérir le pouvoir.

Sur le plan politique, Agbéyomé Kodjo salue l’initiative du rapprochement entre certains regroupements de l’opposition mais pense que cette synergie reste insuffisante pour contrer le régime actuel et prétendre conquérir le pouvoir. « Les rapprochements opérés récemment entre certains regroupements de l’opposition ne permettent toujours pas d’impulser le changement que les togolais attendent et désirent. Si l’opposition veut conquérir le pouvoir, il va falloir qu’elle s’en donne les moyens en définissant son propre agenda. Elle doit être unie et parler un même langage », a-t-il recommandé. Selon lui, cette coalition doit se rapprocher des autres partis de l’opposition surtout ceux qui émergent.

En tant qu’économiste et ancien directeur général du port autonome de Lomé, M. Agbéyomé n’est pas allé par quatre chemins pour présenter la situation économique du Togo. Pour lui, c’est une situation chaotique, difficile qui n’épargne personne. « Les Togolais crient leur misère. Cette dernière s’amplifie dans le pays et ce n’est plus seulement les plus faibles qui expriment le besoin de quémander. C’est aussi le fait de personnalités insoupçonnées », a-t-il souligné. C’est pourquoi l’acteur encourage le gouvernement à mener une lutte acharnée contre la corruption.

De ce fait, l’homme politique recommande à l’État d’investir plus dans les TIC et l’agriculture, car dit-il sont des secteurs pourvoyeurs d’emplois. Dans la foulée, Agbéyomé Kodjo indique qu’une alternance va permettre à chacun de s’essayer à la gestion du pays et laisser les citoyens sanctionner en cas de défaillance, seule condition de développer le Togo.

 

Commentaire d'article

Umalis