Education

Bac 2 au Togo / L’utilisation des calculatrices au cœur d’une polémique: Le MMLK prend la parole!

L’examen du Bac 2 a débuté cette semaine au Togo. Pendant l’épreuve de Mathématiques ce mercredi, des candidats ont vu leurs calculatrices de marque Casio retirés parce que ces instruments de travail seraient programmés avec des fonctions compromettantes. Selon les informations, le chef centre aurait demandé aux candidats d’écrire une note pour violation de la loi de l’office du Baccalauréat. Cet incident s’est déroulé au centre d’écrit Trinité au quartier Atiégou à Togo 2000. Dans un communiqué public, l’organisation du Pasteur Edoh fustige « cet acte d’intimidation et de torture morale et psychologique sur les candidats ».

Une polémique vient de se créer dans le centre d’écrit BAC « TRINITÉ », situé dans le quartier Attiegou Togo 2000. Il s’agit de l’interdiction de l’utilisation de la Calculatrice CASIO par les candidats alors qu’elle n’est pas programmée avec des fonctions compromettantes.

C’est au cours de l’épreuve de la mathématique que les surveillants ont ramassé toutes les calculatrices de marque CASIO alors que les candidats n’avaient même pas encore débuté les travaux. La logique aurait voulu qu’on procède à vérifier chaque calculatrice pour voir si elle est programmée ou pas mais ce qui ne fut pas le cas. A la fin de l’épreuve, tous les candidats dont les calculatrices ont été ramassées, se sont rendus au bureau du chef centre pour les récupérer.

Contre toute attente , il leur est demandé d’écrire une note que chacun reconnait avoir violé la loi de l’ office de baccalauréat pour avoir fait rentrer une calculatrice programmée dans la salle alors qu’aucune vérification préalable n’avait été faite sur la nature de chacune des calculatrices .

Pour le MMLK, l’utilisation de la calculatrice sans fonctions programmées n’est pas interdite lors d’un examen et s’il en était, les candidats devraient être informés dès le début de l’examen. Selon nos informations, il a été procédé au ramassage des calculatrices dans quelques centres sans pour autant exiger d’eux un écrit fallacieux et préjudiciable. Cet état de choses a créé des frustrations, des soucis et inquiétudes auprès des candidats qui sont rentrés ce soir très abattus ne sachant l’impact que cela pourrait entrainer sur les résultats.

Par conséquent, le Mouvement Martin Luther King déplore cet acte d’intimidation et de torture morale et psychologique sur les candidats et demande aux responsables de l’office de Baccalauréat de les rassurer pour la suite de l’examen en cours. Le MMLK estime que les inconvénients et les désagréments aux candidats incombent aux responsables et aux auteurs de cette décision injuste et demande au Ministre de l’Enseignement Supérieur d’éclairer sans délai toute l’opinion. Le MMLK appelle les candidats concernés au calme et à l’optimisme quant à l’issue heureuse de la situation.

Lomé, le 12 juillet 2017

MOUVEMENT MARTIN LUTHER KING -LA VOIX DES SANS VOIX .

Commentaire d'article

Umalis