Société

Togo / Un congrès pour la refondation de la CSTT qui pose déjà problème

Pour pouvoir mettre fin aux crises qui paralysent la plus vieille Confédération syndicale du Togo, le secrétaire général par intérim, Sébastien Segbeaya, a décidé à l’issue d’un vote à mains levées le 14 juin dernier, d’organiser incessamment un Congrès ordinaire ce samedi 15 juillet. Cependant, six fédérations membres de la CSTT dénoncent l’organisation unilatérale d’un congrès qui ne respecte pas les procédures prescrites par les statuts de la CSTT.

« Nous ne nous tairons pas tant qu’une partie des membres qui a pourtant fait des propositions remarquables ne sera pas compris et associée. C’est pourquoi nous dénonçons avec énergie la façon dont notre Congrès se prépare sur fond de tension et dans le cafouillage. La situation risque de se compliquer davantage si nous ne nous départissions pas de notre égoïsme et de la recherche d’intérêt personnel », a indiqué hier lors d’une conférence de presse Sylvanus Anani Mortrant, Secrétaire Général de la Fédération des Syndicats des Services Publics du Togo (Fessep).

En outre, les secrétaires généraux des fédérations professionnelles et des syndicats non fédérés de la CSTT critiquent les conditions « floues, désastreuses et désordonnées » dans lesquelles se prépare ledit Congrès. Sont-ils en train de créer une nouvelle crise en voulant résoudre un autre ? Toujours est-il que les secrétaires généraux des six (6) fédérations (la FENET, la FESTAATO, la FESSEP, la FTBC, la FESYTRAT, la FENASYET) somment Sébastien Ségbéaya et son bureau fédéral  d’ajourner le congrès prévu pour ce 15 juillet, de respecter scrupuleusement les textes qui régissent la CSTT, de mettre en place un comité préparatoire autonome comprenant des compétences de la CSTT dans un esprit consensuel.

Commentaire d'article

Umalis