Diplomatie

CEDEAO / Sommet citoyen : Les acteurs de la société civile ouest-africaine se donnent rendez-vous à Lomé

Du 13 au 15 Juillet 2017, un Sommet Ouest-Africain rassemble les acteurs de la société civile autour du protocole additionnel sur la démocratie et la bonne gouvernance dans l’espace de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) adopté le 21 décembre 2001 à Dakar au Sénégal. Cet évènement organisé à l’initiative des Universités Sociales du Togo (UST) vise à amener les gouvernants à respecter et à faire respecter ce protocole additionnel.

Rappelons que le document en question est le condensé des recommandations essentielles issues de constats amers en vue d’améliorer certains points de la gouvernance dans l’espace CEDEAO. En prélude à ce grand rendez-vous, Dr David Dosseh, le président des UST déclarait aux micros de nos confrères de Victoire Fm : « C’est donc à partir de ces différents constats, que les chefs d’Etat ont estimé qu’il était important de signer un protocole additionnel qui permettait donc de toucher à ces différents aspects générateurs de conflits en interne. Vous êtes dans un pays, il y a une élection, l’élection se passe très mal et ça conduit à des tueries, à des massacres. Et plusieurs mois ou plusieurs années c’est des blocages et le pays n’avance plus. Et cela ne favorise pas le développement, le vivre ensemble ».

Lors des assises de Lomé, la société civile d’une dizaine de pays de l’Afrique de l’Ouest révisera ce document en vue de « mettre en place un mécanisme de suivi, de plaidoyer pour que les différentes recommandations issues de ce sommet soient prises en compte par le Secrétariat exécutif d’abord et ensuite par la conférence des chefs d’Etat, pour voir comment on peut amener chaque pays à respecter ces dispositions ». Plusieurs sujets à polémiqus seront au cœur des débats : l’armée et les forces de sécurité dans un Etat démocratique, l’intolérance religieuse, la marginalisation politique, la non transparence du processus électoral et comment parvenir à des élections libres et démocratiques dans l’espace CEDEAO.

Commentaire d'article

Umalis