Technologie

UA : L’extention « .africa » désormais accessible pour révéler le vrai visage du continent

En marge du 29ème sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, il y a eu le lancement officiel de l’extension «.africa» qui est rendu accessible au grand public depuis le mardi 4 juillet 2017. Vu que le continent africain est impacté par l’évolution des technologies et l’avènement d’Internet, il n’y a rien de mieux que de construire une identité virtuelle typiquement africain. Après quatre ans de gestation, l’extension « .africa » est enfin là.

Selon Nkosazana Dlamini-Zuma, la présidente de la Commission de l’Union africaine, le « .africa » permettra aux africains de « raconter leur propre histoire » affirmant par là le soutien de l’Union Africaine à la création d’un nom de domaine internet exclusivement continental. C’était en mars dernier. Pour sa part, l’entrepreneur marocain Hamza Aboulfeth, membre du comité de création de l’extension, trouve que c’est avant tout une belle vitrine pour le continent. « C’est quand même une extension qui va couvrir tout un continent, que ce soit dans le domaine de l’assurance, que ce soit dans le domaine des banques, etc. Donc, moi en tant que professionnel, je peux vous dire que ce nom de domaine, il vaut de l’or », explique-t-il.

Un détail cependant important demeure celui du prix qui est jugé relativement très bas et accessible à toutes les bourses. Pour les concepteurs, ce paramètre contribuera au succès de cette initiative vu que dans certains pays d’Afrique les extensions locales coûtent une fortune. « Par exemple, la Namibie : 2 000 dollars. Au Burkina Faso, c’est assez élevé, c’est dans les 200 dollars. Donc, forcément, le .africa aujourd’hui, ça reviendrait toujours moins cher », renchérit Hamza Aboulfeth. En effet, pour rattacher l’extension « .africa » à l’adresse d’un site web, il vous faut seulement 18 dollars.

En outre, il est important de mettre l’accent sur deux avantages majeurs : d’une part ce prix fait des économies aux acteurs du web africain et les recettes issues du « .africa » serviront à renflouer les caisses de l’organisation continentale.

Commentaire d'article

Umalis