Diplomatie

La Fondation Pax Africana du togolais Edem Kodjo se réjouie de l’autofinancement de l’UA

Dans un communiqué publié ce vendredi, la Fondation Pax Africana crée par l’ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo salue l’une des réformes majeures issue de la 29ème session de la conférence des Chefs d’Etats de l’Union Africaine (UA). Ce qu’elle appelle la « mutation de l’autofinancement » de l’institution par les Africains constitue un grand pas dans l’autonomisation de l’organisation mère en Afrique.

« L’histoire retiendra que c’est en 2017 que les Africains de tous bords ont unanimement adhéré au constat selon lequel le financement par l’UA à plus de 70% par ses partenaires étrangers est anormal et compromet toute perspective de souveraineté », indique le communiqué. Malgré la réticence que rencontre déjà l’idée d’un prélèvement de taxe de 0,02% à l’échelle panafricaine auprès de certains Etats, la fondation trouve que c’est déjà un mérite que la question soit enfin abordée.

« L’institutionnalisation du prélèvement d’une taxe dans la CEDEAO (Communauté économique régionale présentée comme la plus dynamique de l’UA) pour le financement de cette organisation ouest-africaine constitue un modèle pouvant être imité à l’échelle panafricaine », lit-on dans le communiqué. La Fondation Pax Africana fondée et présidée par Edem Kodjo, ancien secrétaire général de l’OUA devenu UA, exprime l’ardent désir de voir les résolutions prises lors de cette session se matérialiser.

 

Commentaire d'article

Umalis