Technologie

Togo : Numérique / Tant de sacrifices pour quels résultats ?

Les insuffisances en matière du numérique au Togo ne sont plus à démontrer :connexion internet défaillante, couts de communication élevés ,installations vétustes dans plusieurs bureaux de  l’administration  publiques…Le numérique ne vit pas de beaux  jours  au Togo .Pourtant ce ne sont pas les initiatives et les innovations qui manquent en la matière. à ce jour le ministère des postes et de l’économie numérique a multiplié les projets  mais la satisfaction n’est toujours pas à son comble .

Conscient des mutations technologiques de l’heure, le gouvernement togolais a mis en place  le Ministère des Postes et de l’Economie Numérique. Depuis sa mise  en service la ministre de tutelle a mis en place plusieurs projets pour « s’adapter aux exigences de l’heure ».

En cette année 2017 on enregistre une panoplie de « projet numériques ». D’abord  le projet Ecosystème Digital lancé en 2014.Initié conjointement avec le Ministère de la Communication, de la Culture, des Sports et de la Formation Civique, il consiste à la mise en place d’un réseau de plusieurs sites internet de la République Togolaise et de l’administration délivrant des informations officielles. Ainsi, un portail web de la République (www.togo.tg) qui regroupe les sites web de tous les ministères y compris la Primature et la Présidence. Un site web présentant l’ensemble des journaux officiels depuis 1920 et les textes législatifs et réglementaires (www.jo.gouv.tg), un site web de l’open data Togolais regroupant l’ensemble des données publiques (www.data.gouv.tg ) et désormais, un site web rassemblant toutes les procédures et formulaires administratifs (www.service-public.gouv.tg). Ce site www.service-public.gouv.tg a vocation à permette aux citoyens d’effectuer leurs démarches du quotidien, dans les meilleures conditions et les plus brefs délais. Triste constat les informations ne sont pas quotidiennement mises à jour sans compter l’accès difficile aux sites, dû à la  mauvaise qualité de la connexion internet .

Ensuite le projet E-Gouv qui selon les termes officiels s’appuie sur un réseau de fibre optique pour relier l’ensemble des bâtiments publics de la capitale. Ce réseau permettrait aux bâtiments publics d’avoir une connexion internet haut-débit. Mais combien  de fois n’a pas entendu la fameuse phase « nous n’avons pas de connexion »  dans nos administrations publiques.

Récemment l’annonce de la mise en place d’un point d’échange internet (IXP), une infrastructure améliorant la connectivité des opérateurs internet a été faite.

Issu du Programme Régional Ouest-Africain de Développement des Infrastructures de Communications (WARCIP), l’IXP est une infrastructure physique qui permet aux fournisseurs d’accès internet (FAI), de s’interconnecter directement les uns aux autres, en un même endroit, et d’échanger du trafic internet entre leurs réseaux grâce à des accords mutuels.
La signature de deux (2) nouvelles licences FAI entre le ministère des postes et de l’économie numérique et les deux entreprises adjudicataires, la société TEOLIS SA, ainsi que le GROUPE VIVENDI AFRICA Togo (GVA Togo),à cet effet, visant à promouvoir la qualité de service et la compétitivité des prix au profit des usagers, reste lettre morte.

L’attribution de ces licences permet aux consommateurs togolais d’avoir le choix entre davantage de fournisseurs de service Internet. Jusqu’aujourd’hui le troisième opérateur annoncé depuis belle lurette  est introuvable.

On se demande également à quoi sert la loi d’orientation sur la société de l’information (LOSITO) et la loi sur les transactions électroniques (LTE) qui ont été adoptées
en vue de la mise en place d’un cadre juridique du numérique au Togo.

Commentaire d'article

Umalis