Diaspora Faits divers

L’avocate franco-togolaise prend sa propre défense : Voici une version de l’histoire que les médias ignorent…

Étant la cible des médias français et internationaux après sa mésaventure du vendredi 23 juin dernier, la députée macroniste de Paris d’origine togolaise exprime sur sa page facebook son regret de voir un événement l’ayant profondément affectée «  caricaturé comme un fait divers aux airs humoristiques ». Cette farce n’est décidément pas du goût de l’avocate qui se justifie.

Exaspéré par tout le charivari des médias autour de l’évènement, Laetitia Avia a fait ce qu’il y a de mieux : prendre la parole, s’expliquer et mettre fin à l’imagination trop fertile des uns et des autres. Selon l’hebdo satirique français Le Canard enchaîné, la députée a imprimé ses dents dans l’épaule d’un chauffeur de taxi un vendredi 23 juin à 23 h 30 à Saint-Mandé (Val-de-Marne).

Selon la députée franco-togolaise, ce qui a précédé ce geste nécessite d’être analysé. Il faudra planter le décor : « une jeune femme seule dans un taxi à minuit, dont le chauffeur prend la carte bancaire entre ses mains et la garde hors de sa portée, une femme qui se retrouve enfermée dans un taxi qui démarre sans son consentement et sans explications, qui refuse de s’arrêter malgré ses demandes, une femme qui prend peur, panique et se défend ».

Par conséquent, elle dénonce les « commentaires cocasses aux relents xénophobes » qui pleuvent depuis la publication de l’information. « Disons que c’est le revers de l’engagement politique et de la vie publique que cela emporte… Mais je ne souhaite à aucune femme de vivre un tel instant, car, non, il n’y a rien de drôle dans ce ‘faits divers », conclut-elle.

Commentaire d'article

Umalis