Politique

Togo : La ville de Kara, une zone inaccessible ?

A l’approche de l’échéance électorale de 2018, les partis politiques multiplient les meetings dans différentes localités du territoire togolais . Mais certaines villes semblent être difficiles d’accès pour une frange de l’opposition togolaise.  C’est le cas de la ville de Kara située au nord du pays. Après le parti national panafricain (PNP ) empêché  il y a quelques mois de poser ses valises dans la ville pour rencontrer la population, c’est au tour du parti des togolais ce lundi .

Natanael Olympio et ses siens  étaient ce 03 juin  dans la ville de kara pour tenir une rencontre avec les militants du secteur. Malheureusement le desiderata du parti n’a pas pu être exaucé : le préfet de la ville a tout simplement refusé la tenue du meeting.

Que se passe t-il donc à Kara? Se demande l’opinion publique  après l’incident du parti des togolais puisqu’avant lui,  le PNP a été confronté au même refus. Du  côté du pouvoir on évoque le non-respect de la loi des manifestations publiques. Cette loi dite « loi bodjona » stipule que tout organisateur d’une manifestation quelconque doit  informer  le ministère de l’administration territoriale cinq jours avant la tenue de ladite manifestation alors que le parti des togolais aurait envoyé le courrier informatif que la veille de la manifestation, laisse t-on entendre .

Pour le cas du PNP, aucune explication n’a circulé. Les dispositifs mis en place le jour de la manifestation ont été tout simplement saisis et les membres du parti renvoyés par les autorités locales.

Kara , cette ville longtemps considérée comme le fief du pouvoir en place est-elle devenue une chasse gardée ?La question taraude tous les esprits.

 

Commentaire d'article

Umalis