Société

Togo / Interdiction des manifestations politiques à Kara, les OSC dénoncent !

Les partis politiques de l’opposition ne sont pas autorisés à organiser des meetings politiques dans la ville de Kara considérée comme le fief du parti au pouvoir. Devant cette restriction de la liberté d’expression qui constitue cependant un droit fondamental de l’Homme, les acteurs de défense des droits de l’Homme plaident pour la cohésion sociale. Voici en intégralité la déclaration des 14 Organisations de la Société Civile togolaise.

Déclaration des OSC relative à l’interdiction des manifestations politiques dans la ville de Kara contrairement à la loi du 16 mai 2011

S’il était vrai que la liberté d’expression , d’opinion et de manifestations  hautement  acquise après des âpres luttes , a souffert quant à sa matérialisation sur toute l’étendue du territoire national, il est à reconnaitre qu’à un moment donné, elle n’y souffrait plus de restriction flagrante.  C’était à l’actif de tous les défenseurs des droits humains et les promoteurs de la  démocratie.

Malheureusement, depuis quelques temps , nous constatons  que ce progrès tant vanté et acclamé a  commencé à avoir du plomb dans l’aile.

Hier, c’était le PNP qui était interdit d’accès à Kara pour une manifestation politique malgré que  les procédures légales et règlementaires aient été dûment remplies .  Dans la même période, l’ex ministre Pascal Bodjona qui y était en déplacement avait connu un scénario similaire  avant d’arriver à dénouer la situation par la suite.

Aujourd’hui, c’est le Parti des Togolais qui fait les frais en se voyant opposé une fin de non recevoir par rapport à une formation citoyenne prévue pour ce dimanche 2 juillet 2017 à la salle des Affaires sociales de la ville. Or, des dispositions nécessaires ont été prises pour le bon déroulement des travaux.

Même si une partie du programme de la formation a été exécutée sur l’esplanade des Affaires sociales à cause du quadrillage des lieux par la police, nous ne pourrions rester indifférents face à ces pratiques rétrogrades qui n’honorent pas notre pays.

Le Togo est un et indivisible. Personne ne doit se prévaloir d’une division artificielle du territoire en tirant sur la fibre ethnique pour assouvir ses convictions politiques.

Nous lançons un appel pressant à l’opinion nationale et internationale pour mobiliser de nouveau les énergies afin de sauver notre pays de cette politique de « diviser pour régner. »

Nous suivons la situation de très près et comptons agir en temps opportun afin d’apporter notre contribution pour la cause nationale.

Fait à Lomé, le 2 juillet 2017

Ont signé:

Action Sud

AJAAH

CRAPH

LCT

MED

MDE

MMLK

Mouvement Nouveau Citoyen

Novation Internationale

Mouvement Patriotes Togolais

No Vox Togo

REJADD

SP-BT

TJP

 

Commentaire d'article

Umalis