Société

Pour des élections transparentes au Togo, la CNSC recommande un audit du fichier électoral

Attirer l’attention des acteurs sur la corrélation existant entre l’état civil, le fichier électoral et des élections crédibles, c’est le but de cette journée de réflexion organisée ce lundi 3 juillet par la Concertation nationale de la société civile du Togo (CNSC). Les débats se sont déroulés autour du thème, « l’impact des pièces d’état civil sur le fichier électoral : rôle et responsabilités des acteurs ».

« Autant les réformes politiques nous interpellent, autant nous devons nous préoccuper de ce sujet parce qu’il n’est pas possible d’organiser des élections paisibles, transparentes et acceptées sans des listes électorales fiables », a indiqué Ouro-Bossi Tchacondo un responsable de la CNSC. Selon la CNSC, les contestations au lendemain des élections au Togo s’appuient sur le fichier électoral depuis 1993. Et depuis, rien n’est fait en ce sens.

Cette réunion à laquelle ont pris part les représentants des ministères de l’administration territoriale, de la justice, des partis politiques, de la société civile et de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), vise donc à interpeller de nouveau tous les acteurs à jouer leurs rôles avant les prochaines échéances. « Bientôt, nous aurons des élections législatives qui sont certaines et locales probablement. Nous voulons dire par cette rencontre qu’on ne doit pas attendre l’enrôlement des électeurs pour qu’on ressorte des insuffisances. Il s’agit donc d’attirer l’attention des différentes parties prenantes pour que des dispositions soient prises afin que pour les prochaines élections, le fichier électoral soit fiable pour des élections acceptées », a déclaré Franck Koffi Kepomey, Directeur exécutif de la CNSC.

Pour y parvenir, la CNSC recommande ce qui suit au gouvernement : un audit du fichier électoral, une modernisation de l’état civil et la mise en place d’un mécanisme pour l’enrôlement de la diaspora togolaise.

Commentaire d'article

Umalis