Société Sports

Togo / SEA Foundation : Du footballeur au philanthrope, c’est le cœur qui parle !

Les médias nous bombardent à longueur de journée avec les actualités de nombreuses stars du monde du football. Entre fêtes somptueuses, buzz et vacances à Dubaï ou aux Etats-Unis, ils ne perdent pas une seule occasion pour montrer leur capacité à dépenser à outrance. Pour sa part, le capitaine des Eperviers garde toujours un lien unique de cœur à cœur avec sa souche. Sa récente tournée humanitaire en dit long !

L’international togolais a traversé ces derniers mois des moments très difficiles. D’aucuns avaient même prédit la fin de sa carrière commencée au début des années 2000 à Metz. L’ancien de Monaco, d’Arsenal et du Real Madrid a fait l’objet de beaucoup de médisances et de rumeurs pour la plupart non fondées. Mais, sa participation à la Coupe d’Afrique des Nations Gabon 2017 semble l’avoir requinqué. A peine a-t-il signé un contrat avec le club turc d’Istanbul Basaksehir qu’il aligne les meilleures performances. Le bilan de cette demi-saison est époustouflant ! Un titre de vice-champion, 6 buts en 11 matches et une demi-finale de Coupe nationale !

Le sélectionneur togolais Claude Le Roy avait donc vu juste en mettant une confiance aveugle en son leader, même quand il était sans club. On pourrait d’ailleurs dire d’Emmanuel Adebayor qu’il récolte simplement le fruit de ses labeurs. En effet, ses publications sur les réseaux sociaux en disent long sur ses efforts pour booster sa carrière. Rien à voir avec l’image de « gros fêtard » que lui prêtent certains.

En marge d’une convocation des Eperviers locaux pour des entrainements, l’international togolais enfile le manteau d’humanitaire et parcourt le Togo de long en large pour vivre le quotidien des populations. En effet, le capitaine des Eperviers a préféré passer du temps avec ses compatriotes que de se relaxer sur une plage ensoleillée à Marrakech. On voit bien que la star de Kodjoviakopé a à part le foot, un second hobby : le social. De Kara à Lomé en passant par Sokodé, Kpalimé et Aneho, SEA a fait renaître le sourire sur les visages.

Commentaire d'article

Umalis