Jeunesse et emploi

Togo/emplois: la jeunesse mise à part selon une étude de l’INSEED

Bien qu’ils représentent une forte proportion de la population togolaise (70%), les jeunes peinent à se stabiliser sur le marché de l’emploi. C’est ce que révèle une étude menée en 2012 et 2014 par l’Institut national d’études statistiques (INSEED) sur l’insertion professionnelle des jeunes. Le sujet était au cœur d’une rencontre d’échanges entre différents acteurs intervenant dans le domaine ce mercredi 28 juin à Lomé.

Organisée par l’Agence nationale de promotion de l’emploi (ANPE), la rencontre a permis aux acteurs de partager les résultats de l’étude menée sur l’insertion professionnelle des jeunes au Togo. L’étude a révélé que, la jeunesse est moins présente sur le marché de l’emploi. Et quatre facteurs expliquent cela à savoir, le sexe, le niveau d’instruction, le domaine d’étude et la zone de résidence.

Sur le plan domaine d’étude, les résultats montrent que ceux qui optent pour les filières professionnelles ou techniques ont plus de chances que ceux de l’enseignement général. « Nous avons relevé que les jeunes qui ont fait les filières professionnelles ou techniques s’insèrent plus vite que ceux qui ont fait l’enseignement général. C’est pourquoi en terme de recommandation, nous avons souhaité qu’un système d’encouragement des filières techniques soit mis en place que les gens cessent de penser que l’artisan, c’est un raté », a indiqué Honoré Agbobly-Atayi, Directeur Exécutif de l’INSEED.

Sur l’aspect sexe, il ressort que « le fait d’être femme réduit la probabilité de vite trouver un emploi stable ». L’autre objectif de cette rencontre est de permettre aux acteurs de repenser les différentes actions en faveur de l’insertion professionnelle des jeunes.

Commentaire d'article

Umalis