Politique

Togo/décentralisation: le processus en cours est sans aucune fondation selon Nicolas Lawson

Le débat autour de la création des communes ne cesse de s’alimenter au jour le jour. La loi adoptée le 23 juin dernier continue par être abondamment commentée. La dernière réaction en date est celle de Nicolas Lawson, le président du Parti de la rédemption et du renouveau (PRR). Invité ce jeudi 29 juin sur la radioTaxi FM, l’homme n’a pas mâché ses mots en abordant le sujet sur le processus de décentralisation en cours au Togo et le débat qui a suivi l’adoption du projet de loi portant création des communes au Togo.

L’acteur politique qualifie ce qui se fait en matière de décentralisation au Togo de « folklore » et du « désordre ». « Cette histoire de décentralisation qu’on essaie de nous vendre et autour duquel nous voyons des politiciens désœuvrés, sans imagination crier à tue-tête pour faire croire que quelque chose se passe, je voudrais dire qu’avant de construire une maison, on fait une fondation. Quand on bricole quelque chose, dès qu’il y a un petit vent ou une petite inondation, tout part », a-t-il indiqué.

Pour lui, les 39 préfectures existantes devraient bénéficier de 3 milliards chacune au lieu des 100 millions qu’on leur donne et d’un prêt de 6 à 9 milliards de francs, leur permettant d’engager des projets de développement. C’est après cela que peuvent suivre les élections locales. « Une fois que les préfectures vont réaliser ces projets sur une période de 2 à 3 ans, les élections locales peuvent suivre et les maires peuvent partir sur quelque chose de stable », a-t-il proposé, avant de se prononcer sur le nombre des communes. Pour lui, il n’en fallait pas plus que 39, car dit-il, douter des capacités de l’État à pourvoir aux besoins de toutes ces communes.

Commentaire d'article

Umalis