Jeunesse et emploi Société

Togo : Conjuguer maternité et vie professionnelle, le problème ne se posera bientôt plus!

Selon une convention de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), les femmes enceintes ou les mères allaitant qui sont souvent contraintes de suspendre leur vie professionnelle pour les besoins de maternité doivent bénéficier d’un congé de maternité de 14 semaines ainsi que des avantages financiers. Cependant, le Togo n’a pas encore ratifié cette convention. C’est à cet effet que deux experts de l’OIT sont arrivés à Lomé pour étudier les dispositions relatives au code du travail au Togo.

Foyer, mari et enfants tiennent une place essentielle dans la vie de toute femme employée. Toutefois, comment concilier sa vie professionnelle et sa vie de femme au foyer, surtout si la grossesse survient et que les exigences liées à la maternité s’imposent ? Pour ne pas sacrifier l’une au détriment de l’autre, il va falloir trouver les moyens de sauver son travail le temps que la grossesse et la maternité passent. Par conséquent, les femmes enceintes et les mères qui allaitent ont besoin d’une assurance qu’elles ne perdront pas leur gagne-pain le temps d’accoucher, de se rétablir et de s’occuper des nouveau-nés jusqu’à un certain âge.

En effet, la convention de l’OIT exige des Etats qui l’ont ratifiée de prendre des mesures nécessaires afin que les femmes en situation de maternité ne soient pas obligées d’accomplir un travail risque de mettre en danger leur santé ou celle de leur enfant. De même, l’employeur doit prendre des dispositions pour éviter que la maternité ne soit pas une source de discrimination. Car, la maternité constitue d’abord un droit à part entière pour toute femme. A cet effet, aucune femme ne doit être licenciée à cause de sa grossesse ou pendant son congé de maternité.

La mission de l’OIT vise donc à aider le Togo à élaborer un projet de loi cohérent qui sera ensuite soumis au gouvernement puis aux députés pour être voté.

Commentaire d'article

Umalis