Technologie

Togo/ Le free roaming : Encore à l’étape virtuelle

En mai dernier, des experts en TIC des 15 pays membres de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO)se sont réunis dans la capitale togolaise pour définir les fondements d’une politique sous régionale du free roaming en vue de faciliter l’intégration africaine et accélérer la circulation des personnes et des biens. Pourtant jusqu’alors les dispositions prises ne sont pas vraiment effectives.

Avant la rencontre de Lomé, les autorités de régulation de six pays de la Cédéao  notamment le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Mali, la Guinée et la Sierra Léone  ont signé en novembre 2016 un protocole d’accord auquel s’est ajouté le Togo en janvier 2017. Les clauses ont prévu que tous les pays engagés dans le processus   devraient basculer  le 31 mars vers le free roaming. Fin juin, rien n’est encore fait. Dans la plupart des pays , le roaming n’est pas complètement « free ». Les opérateurs continuent à facturer « légèrement » les frais de roaming .

Dans les 7 pays concernés, le free roaming n’est pas totalement effectif. Selon des enquêtes réalisées par Radio France International, en  Côte d’Ivoire par exemple, l’opérateur  NTM limite la liberté de communication : un usager peut recevoir ses appels gratuitement dans les pays visités mais seulement à raison de 300 minutes par mois. S’il émet des appels, il bénéficie du tarif local. De son côté, l’opérateur Orange assure aussi avoir mis en place le free roaming avec toutefois des tarifs légèrement plus chers.

Pour Télécel Burkina , la réception gratuite fonctionne partout sauf au Sénégal et pas avec tous les opérateurs. Les appels émis, eux, ont baissé de 20 à 80 % selon les pays.

Quant au Togo, le discours reste le même : certaines opérations à l’international sont facturées même si elles sont sensiblement moins chères par rapport aux années précédentes. Notons que le free roaming permet aux usagers en déplacement vers les autres pays de conserver leur numéro local sans avoir à payer des frais supplémentaires. En substance les utilisateurs du roaming devraient  recevoir des appels gratuitement et émettre des appels au tarif local.

A quand donc un roaming vraiment « free » dans la sous région ? Les utilisateurs s’impatientent.

Commentaire d'article

Umalis