Politique

Togo / Loi sur la création des communes : Vers « une décentralisation cosmétique » selon Agbeyome Kodjo

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire togolais « L’indépendant express », le président du parti politique OBUTS, Agbéyomé Kodjo, tout en saluant la communalisation du Togo qui constitue un point essentiel dans le processus de décentralisation, s’inquiète cependant du nombre élevé de communes créées ainsi que de l’empilement des structures communales.

Personne ne pourrait nier le fait que le vote de cette loi sur la création des communes n’a été possible que grâce à la majorité parlementaire dont jouit le parti au pouvoir. En effet, le morcellement excessif du territoire togolais en communes ne présage pas un chemin sain et sauf pouvant aboutir à la décentralisation tant désirée. Pour l’ancien Premier ministre, Mensah Agbéyomé Kodjo, d’éventuels dangers liés à une telle méthode de décentralisation sont à craindre. En effet, il se demande ce qui peut bien expliquer la persistance du parti UNIR à subdiviser le Togo en 116 particules alors le pays est socialement, économiquement et politiquement instable.

Craignant des difficultés d’administration de ces 116 communes, Agbeyome Kodjo a déclaré que cette loi constitue un « millefeuille administratif budgétivore dans la conduite de la politique de décentralisation initiée par le gouvernement ». Pour justifier ses craintes, il a cité en exemple le Bénin qui fait un peu plus du double de la superficie du Togo mais qui compte seulement 77 communes. « Au surplus, le projet de loi dont il s’agit, fut adopté sans consensus ; l’opposition parlementaire ayant rejeté le texte, sur un sujet pourtant éminemment important relativement à une ambition politique partagée, portant revitalisation de nos collectivités territoriales et modernisation de la gestion communale », a-t-il dénoncé.

Commentaire d'article

Umalis