Société

Togo / L’ASVITTO a commémoré la journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture

A l’occasion de la journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture célébrée le 26 juin de chaque année, l’Association des victimes de la torture au Togo (ASVITTO) a publié une déclaration pour exprimer son soutien et sa compassion à l’endroit de ceux dont les droits sont bafoués.

Déclaration relative à la commémoration de la journée internationale pour le soutien aux victimes de torture : 26 juin 2017

L’ASVITTO a une pensée particulière à l’endroit de toutes les victimes de torture au Togo et dans le monde entier

«Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ».

La portée universelle de la lutte contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants consacrée par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) en son article 5 a été consolidée par l’article 21 de la Constitution Togolaise qui stipule que : «La personne humaine est sacrée et inviolable. Nul ne peut être soumis à la torture ou à d’autres formes de traitements cruels, inhumains ou dégradants. Nul ne peut se soustraire à la peine encourue du fait de ces violations en indiquant l’ordre d’un supérieur ou d’une autorité publique. Tout individu, tout agent de l’Etat est délié du devoir d’obéissance lorsque l’ordre reçu constitue une atteinte grave et manifeste au respect des Droits de l’Homme et des libertés publiques. ».

Le Togo a également ratifié la Convention des Nations Unies contre la torture en 1987 et son protocole facultatif en 2010. En novembre 2015, le Code pénal révisé a été adopté et fait de la torture une infraction criminelle et imprescriptible, sans oublier la publication du rapport du Sous-comité pour la prévention de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants en avril 2017.

Tous ces engagements salutaires montrent une certaine volonté de notre pays à vouloir sortir de son autarcie pour promouvoir le respect des règles de protection de la dignité humaine. Toutefois, ces engagements sont restés stationnés à la phase théorique alors que, dans la pratique, c’est le désespoir, les cris, les lamentations et les plaintes des victimes de torture devant un regard inactif, voire laxiste des dirigeants. Si les textes font du Togo un modèle en matière d’Etat de Droit et de Démocratie, la réalité en est toute autre dans les pratiques qui sont réservées à ces textes. Les statistiques de l’ASVITTO de l’année en cours (2017) font état d’au moins 49 victimes de torture physiques et morales dont une (1) femme et une (1) mineure, contre un total de 38 cas enregistrés durant toute l’année 2016.

Les cas de 2017 ont été enregistrés à Dapaong (600 km de Lomé), Niamtougou (450km), Kara (400km), Pagouda (400km Nord-Est), Gléi (150), Kpalimé (50km), et à Lomé la capitale. A ceci s’ajoutent le grand problème de surpopulation carcérale dans certaines prisons (Lomé, Tsévié, Notsè, Atakpamé) et dans les commissariats de police et brigades de gendarmerie ; une alimentation insuffisante aussi bien en quantité qu’en qualité (toujours 1 repas par jour), la chaleur insupportable dans beaucoup de cellules et atteignant «40°C dans certains cas » confirmé par un rapport des Nations Unies ; une absence d’électricité dans certaines cellules et la quasi-totalité des installations sanitaires dans un état insupportable.

D’après ce qui précède, il est important de ne pas se lasser d’implorer une prise de conscience réelle chez les autorités gouvernementales pour des mesures urgentes en vue d’améliorer les conditions de détention dans tous les lieux de privation de liberté, de procéder à l’adoption du nouveau Code de procédure pénale, de mettre en œuvre le Mécanisme National de Prévention (MNP), et de faire adopter le décret d’application de la loi portant aide juridictionnelle car, seule une mise en application de toutes les conventions ratifiées, les engagements pris à l’Examen Périodique Universel (EPU) et les recommandations du Sous-comité pour la prévention de la torture pourra protéger efficacement les populations de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants.

A toutes les victimes de tortures au Togo et dans le monde entier, l’ASVITTO voudrait exprimer toute sa compassion, surtout à l’endroit de celles qui sont encore en détention.

Fait à Lomé, le 26 juin 2017

Pour l’ASVITTO

Le Président

Monsieur ATCHOLI K. Monzolouwè

Commentaire d'article

Umalis