Politique

La loi portant création des communes au Togo comporte deux grandes failles selon Isabelle Améganvi

La loi portant création des communes au Togo ne cesse de couler l’encre au sein de l’opposition togolaise, qui n’a pas pu empêcher son adoption. C’est le groupe parlementaire ANC par la voix de sa présidente qui dénonce encore le morcellement du Togo en 116 communes.

Voté le 23 juin dernier au bon gré du pouvoir et contre celui de l’opposition (59 voix contre 21 de toute l’opposition), Me Isabelle Améganvi indique que le texte de loi présenté par le pouvoir comporte deux grandes failles et n’est pas juste. « Le projet de loi tel que présenté par le gouvernement sur la table de l’Assemblée nationale présente deux grands problèmes principaux. L’un lié à la dénomination des communes. Le gouvernement a choisi une façon incongrue et bizarre de nommer les communes. Et le second non moins grave est la délimitation des communes en ne tenant compte que de la démographie », a déploré Me Améganvi.

Alors que la présidente du groupe parlementaire ANC dénonce l’incongruité de la loi, le ministre en charge de la décentralisation assure que tout est fait dans les règles de l’art. « Ces communes sont créées sur la base d’un regroupement judicieux des cantons ou des quartiers de certains grands cantons proposé dans la feuille de route sur la décentralisation et les élections locales établie par le comité créé à cet effet par le gouvernement », a-t-il laissé entendre.

Quoiqu’il en soi et malgré les contestations de l’opposition, le pouvoir en place organisera les élections locales conformément à cette loi.

Commentaire d'article

Umalis