Société

Togo : L’Examen Périodique Universel au cœur d’une rencontre entre le gouvernement et la société civile

A l’initiative du Collectif des associations contre l’impunité au Togo (CACIT), le gouvernement et les représentants de la société civile se sont rencontrés ce vendredi à Lomé dans le cadre d’un dialogue élargi autour de l’Examen périodique universel (EPU). Le Togo a certes renforcé ses politiques en matière de la promotion des droits de l’Homme mais il reste du chemin à parcourir.

En effet, l’Examen Périodique Universel (EPU) est un mécanisme renouvelé tous les quatre ans en vue de réviser les réalisations de l’ensemble des 192 Etats membres de l’ONU en ce qui concerne les droits de l’homme. Des 195 recommandations faites au Togo par le Conseil des droits de l’homme, il en a accepté 173 dont à peine la moitié est mise à exécution. Selon Spero Mahoulé, le président du CACIT, cette rencontre vise à partager les meilleures pratiques observées dans le cadre de l’EPU et réfléchir à l’implémentation des  recommandations.

Pour sa part, le Garde des Sceaux, Pius Agbetomey, soutient que la construction d’un Etat démocratique et libre passe par le respect des droits de l’homme à travers l’implication de tous les acteurs et l’adoption d’une démarche de concertation. L’Examen Périodique Universel (EPU) est donc l’occasion pour chaque pays de présenter les mesures adoptées en vue de l’amélioration de la situation des droits de l’homme sur son territoire et de s’acquitter de ses obligations.

Commentaire d'article

Umalis