Politique

Selon l’ANC, UNIR veut s’emparer de la majorité au Sénat à travers la loi de création de communes au Togo

Le vendredi 23 juin dernier, le projet de loi portant création des communes au Togo a été adopté à la 10ème séance ordinaire de l’assemblée nationale. Une loi adoptée grâce aux députés du  parti au pouvoir UNIR. Cette loi ne rassure en rien l’Alliance nationale pour le changement (ANC), qui pense comprendre le jeu du pouvoir en morcelant le Togo en 116 communes.

Selon l’ANC, en faisant adopter cette loi, le pouvoir envisage avoir la majorité du Sénat après les élections locales. « D’après ce projet de loi, dans la partie septentrionale qui fait 1/3 de la population, le nombre de communes est pratiquement le même que dans la partie australe qui fait 2/3 de la population. Et donc après les élections locales, il y a une majorité mécanique qui se dégage au Sénat pour le pouvoir », a déclaré ce lundi le député Ouro-Akpo Tchagnaou, sur la radio Victoire FM.

Le député de l’ANC compare ce projet de loi au mauvais découpage électoral fait en 2007 aux élections législatives et qui n’a fait qu’attribuer 29 sièges à l’ANC avec 1,2 millions de voix, au moment où le RPT obtenait la majorité absolue avec seulement que 900.000 voix. Pour lui « c’est un coup de force permanent, même les élections se transforment en coup de force. Il va falloir qu’à un moment, le peuple togolais prenne ses responsabilités ». Une fois encore, l’ANC appelle le peuple à mettre fin à ces coups de forces du parti au pouvoir.

Par ailleurs Ouro-Akpo Tchagnaou estime que le nœud du problème est le chef de l’État Faure. Selon lui, « le président se comporte à la tête du pays comme un partisan ».

Commentaire d'article

Umalis