Agro-Environnement Sécurité Société

Togo : Le cercle infernal de l’assistance aux sinistrés d’inondation, jusqu’à quand ?

Selon le bilan dressé par le gouvernement togolais suite aux dernières pluies qui se sont abattues sur la capitale togolaise, près de 534 ménages soit 2704 sinistrés ont été recensés. Des chiffres alarmants vu que la saison pluvieuse n’est qu’à son début. Comme on pouvait s’y attendre, le gouvernement a réitéré au cours du conseil des ministres l’engagement de l’Etat à aider ces victimes des inondations par des dons de vivres et de non-vivres. Et le cycle continue…

En effet, au total 29 quartiers ont été affectés par l’inondation dans le grand Lomé. D’ailleurs, ces localités figurent toujours sur la liste des zones inondables en période de pluies. Pour l’heure, une visite de terrain a été effectuée : 25 tonnes de maïs, 14 sacs de riz, 3720 litres d’huile ainsi que des aides financières ont été distribués aux victimes. C’est un geste louable de la part des autorités nationales qui ont témoigné de leur compassion aux sinistrés. Mais, au-delà de la démarche elle-même, quelle conclusion peut-on tirer ?

Pendant que les équipements mobiliers des maisons (lits, fourneaux, tables, ustensiles de cuisine, vêtements etc.) sons sous l’eau, voilà des vivres qui sont offerts. Comment en tirer profit dans ces conditions ? L’aide financière accordée aux sinistrés suffira-t-elle à leur permettre de s’offrir un lieu d’habitation plus décent ? Autant de questions que soulèvent ces techniques de « résolution » des problèmes périodiques d’inondation que connaissent certains quartiers de Lomé. L’Etat fera des exploits en convertissant les fonds qui servent à effectuer ces gestes de compassion pour construire des caniveaux, des systèmes de rétention ou de drainage d’eau afin de mettre définitivement les populations à l’abri des les ennuis d’inondation.

Commentaire d'article

Umalis