Agro-Environnement

Exploitation sauvage de sable : L’Etat togolais siffle la fin de la recréation !

Enfin, un écho favorable pour les cris d’alarme des organisations de la société civile et des populations concernant la prolifération des carrières sauvages au Togo ! Les autorités togolaises en charge de ce domaine ont réagi et ce sont les exploitants illégaux du sable togolais qui ont fait les frais.

En effet, les villages de Dalavé-Nyivé et Dalavé-Mondjindji dans la préfecture de Zio (Tsévié) ont reçu ce jeudi la visite surprise d’une délégation de l’Agence Nationale de Gestion de l’Environnement (ANGE) et du ministère togolais de l’Énergie et des Mines. Pris en flagrant délit, une dizaine d’exploitants ont été interpellés. Dans plusieurs localités au Togo notamment Kégué, Togblékopé, Adétikopé, Zanguéra, Nimanya, Dévikinmé, Alogavi, ces carrières sauvages poussent comme des champignons et, c’est tout un commerce florissant qui se développe autour au grand dam des populations environnantes

De cette situation, Adadji Koffi Efanam, le Directeur Général de l’ANGE se désole : « le sol est complètement dégradé, la biodiversité est complètement dégradée, le milieu de vie de la population est dégradé. Ces carrières sauvages sont devenues des trous béants où se réfugient les reptiles. La vie des populations est en danger ici. Les espaces à cultiver sont devenus des trous parce que ces carrières ont été créées dans le désordre. Ce qui se fait ici dans cette préfecture est digne d’être qualifié de criminel ».

Par conséquent, il promet que d’autres descentes sur le terrain sont prévues dans les prochains jours dans d’autres localités affectées.

Commentaire d'article

Umalis