Education

Manifestations UL: la LTDH condamne la répression primitive des étudiants

Nombreux sont ces syndicats de l’éducation, organisation de la société civile, parti politique et associations de défense des droits de l’homme à dénoncer la répression policière lors des manifestations des étudiants les 14, 15 et 16 juin derniers à l’Université de Lomé. Le sujet ne cesse de susciter des réactions. C’est ainsi que la Ligue togolaise des droits de l’homme (LTDH) monte au créneau en condamnant cette « dérive de la police togolaise ».

Dans un communiqué sorti par la Ligue togolaise des droits de l’homme, l’association de défense des droits humains dit condamner rigoureusement ce qu’elle qualifie de répression « barbare, primitive, infamante et sauvage » qui a causé des « blessés graves ». Le communiqué indique que « les forces de l’ordre ont poursuivi les étudiants jusqu’à leurs derniers retranchements dans les cités et résidences universitaires, au-delà même du campus, au carrefour de Lomégan et celui de GTA. Au cours de leurs descentes musclées et punitives, les forces de l’ordre ont sérieusement pris à partie des étudiants qu’ils ont méchamment molestés et indignement fait passer à tabac ».

Considérant l’ampleur de la situation, le président de la LTDH Raphaël Kpandé-Adzaré et son bureau exécutif interpellent vivement les autorités togolaises (ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, ministre de la sécurité et de la protection civile) et le président de l’Université de Lomé à faire respecter les franchises universitaires.

Commentaire d'article

Umalis