Education Faits divers

Togo / Université de Lomé : Une AG qui en appelle à une autre et ainsi de suite…

Image Facebook

Suite à l’Assemblée générale organisée mercredi dernier par la Ligue togolaise des droits des étudiants (LTDE) qui a abouti à l’arrestation du président de ce mouvement, une autre assemblée générale a eu lieu ce jeudi pour exiger la libération de Foly Satchivi. Le scénario a été pareil avec une violente répression de la part des forces de l’ordre sur le campus de l’Université de Lomé (UL). Bilan : plusieurs blessés graves.

A peine le rassemblement a-t-il commencé que de forces de l’ordre ont fait irruption et ont commencé à tirer des grenades lacrymogènes dans tout les sens. Ce fut donc hier le coup d’envoi d’une course-poursuite entre forces de l’ordre et étudiants qui étaient traqués jusque dans leurs derniers retranchements. Dans ce tumulte, aucune différence n’a été faite entre les étudiants qui ne manifestent pas et ceux qui le font. Les portes d’entrée de la cité universitaire ont été défoncées et les étudiants à l’intérieur du bâtiment ont reçu des visites désagréables.

A cet effet, le Mouvement pour l’épanouissement de l’étudiant togolais (MEET) a publié un communiqué dans lequel il condamne cette violence gratuite des forces de l’ordre sur les étudiants, vu que les revendications de ces derniers étaient légitimes. « Le MEET s’indigne du fait que les autorités, au lieu de rechercher des solutions adéquates aux revendications légitimes des étudiants, ont choisi d’user de la force brute afin d’étouffer ces dernières. Le MEET voudrait rassurer les étudiants et tout le peuple togolais que malgré l’usage de la force, il n’abandonnera pas les revendications que tout le monde reconnaît légitimes », lit-on dans le communiqué.

Par ailleurs, « le MEET convie donc toute la communauté estudiantine à se lever comme un seul homme et participer à la gigantesque Assemblé Générale qu’il organise demain vendredi 16 juin à 9h 06min devant l’amphi 600 afin d’exiger la libération de toutes les personnes arrêtées et au respect de la franchise universitaire ».

Commentaire d'article

Umalis