Politique

Le président du parti OBUTS propose une voie de sortie de crise au Togo

Le silence du président de l’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS), Gabriel Kodjo Agbéyomé, n’est visiblement pas synonyme de retraite politique. Il a démenti la rumeur en organisant ce lundi à Lomé une réunion de travail et d’échange avec les membres du bureau de son parti politique. Aucun sujet de l’actualité n’a été épargné. Voici dans son intégralité le communiqué publié à l’issue de cette sortie!

Le Bureau Politique de la formation politique OBUTS s’est réuni ce jour, lundi 12 juin 2017 à son siège sis à Djidjolé. Différents points étaient inscrits à l’ordre du jour, notamment celui tendant un échange de vues étendu, relativement de l’actualité nationale, prise au plan politique, au plan sociétal et au plan économique. Il ressort de nos travaux, débats, discussions et de la délibération qui s’ensuivit, ce que ci-après exposé :

S’agissant des pluies diluviennes qui se sont abattues sur plusieurs quartiers de l’Agglomération Urbaine de Lomé ces derniers jours, provoquant inondations, avalanches et coulées en tous genres, la formation politique OBUTS exprime sa solidarité et sa compassion aux victimes.

La formation politique OBUTS exhorte les pouvoirs publics à prendre toute la mesure du désastre saisonnier qu’éprouvent annuellement les populations ; à imaginer tout moyen approprié en vue de garantir au bénéfice des populations les plus exposées, une protection ; et prendre des dispositions pertinentes tendant à maîtriser tout risque de récidive.

À cet égard et en raison du caractère récurrent des inondations dévastatrices qui affectent les populations, la formation politique OBUTS met aux débats, une proposition de plan de modernisation de l’action publique en cette matière, par l’implantation d’un programme ou plan d’organisation des secours à l’échelon national, en cas de catastrophe pluviométrique.

Ledit programme ou plan pourrait être dénommé ORSEC (Organisation de la Réponse de Sécurité Civile). Il permettra une mise en œuvre rapide et efficace de tous les moyens nécessaires sous l’autorité du préfet.

L’activation du programme ou plan ORSEC rendra manifestement aisés le déclenchement immédiat et l’organisation des secours sous une direction unique.

Ce dispositif pourra prévoir cinq (5) services adaptés à la nature et à l’ampleur de l’événement issu d’une catastrophe naturelle à savoir :

*Premiers secours et sauvetage assurés par les sapeurs-pompiers et les associations agréées de sécurité civile.

*Soins médicaux et entraide assurés par une Agence Régionale de santé et un service d’aide médicale urgente.

*Sécurisation des lieux sinistrés par la Police nationale et la Gendarmerie nationale.

*Liaisons et transmissions en temps réel, des éléments de situation, assurées par un Service interministériel Régional des systèmes d’information et de communication.

*Sur toutes les zones sinistrées : Les Transports, voies routières et travaux, seront immédiatement assurés par l’autorité préférablement interministérielle compétente en cette matière.

Plus largement le préfet devra veiller à alerter en amont les populations de tout risque de catastrophe naturelle. Il devra gérer la partie administrative d’un sinistre majeur et assurer le retour à la normale après crise. Il travaillera pour cela avec d’autres services dédiés.

Il est temps de moderniser l’action publique en ces matières, afin de préserver la sécurité des populations, de leur offrir assistance, aide, évacuation, premiers secours et en tant que de besoin, de mettre en œuvre avec toutes les compagnies d’assurances qui exercent sur le territoire national, un mécanisme d’indemnisation rapide pour couvrir les sinistres issus d’une catastrophe naturelle.

À ces égards, un décret présidentiel portant modernisation de la sécurité civile peut être pris en opportunité, sans délai, dans le cadre d’un dispositif général de la planification de défense et de sécurité civiles. Le contenu du décret présidentiel organisera la mobilisation, la mise en œuvre et la coordination des actions de toute personne publique et privée concourant à la protection générale des populations exposées à des risques d’intempéries et de catastrophes naturelles.

Sur un tout autre sujet, s’agissant du « serpent de mer » qu’est devenu le sujet des réformes institutionnelles et constitutionnelles, la formation politique OBUTS observe avec préoccupation que ledit sujet continue de cristalliser l’opinion publique.

La formation politique OBUTS regrette que la récente proposition de loi introduite à la Chambre parlementaire par des formations politiques issues de l’opposition parlementaire n’a pas prospéré.

La formation politique OBUTS incite les pouvoirs publics à ouvrir un dialogue constructif en vue de rassembler la diversité des approches et d’œuvrer ainsi au renforcement de la cohésion nationale. L’objectif étant la recherche de compromis tendant à parvenir à l’adoption d’un accord consensuel.

Une telle approche permettra au Togo d’agir sur les grandes tendances de l’avenir de la Nation, et ce faisant, de convoquer la responsabilité de chaque citoyen, au travail de redressement national.

S’agissant de l’accession récente du Président de la République du Togo, Monsieur Faure Gnassingbé, à la présidence tournante de la CEDEAO (Communauté Économique des États d’Afrique de l’Ouest), la formation politique OBUTS s’en réjouit en ce qu’au plan de la visibilité diplomatique internationale du Togo, cette distinction constitue un réel motif de fierté pour tous les patriotes.

La formation politique OBUTS félicite le dynamisme de la diplomatie togolaise, qui a contribué à restituer à la place de Lomé sa traditionnelle vocation à constituer un Carrefour des Grandes Rencontres Internationales.

La formation politique OBUTS exhorte le Président de la République à déployer ses meilleurs efforts afin que le Togo sur le plan du cheminement démocratique, soit exemplaire et devienne un modèle de référence. Il s’agit en l’espèce, d’une exigence de modernité politique qui majoritairement anime l’esprit communautaire. L’objectif principal de la CEDEAO qui tend à favoriser la coopération entre les pays membres et leur intégration économique en promouvant la constitution d’un marché intrarégional ainsi que la libre circulation des personnes et des biens, doit être soutenu, perpétué et amplifié.

S’agissant de la vie politique nationale, la formation politique OBUTS se réjouit du rapprochement annoncé entre CAP 2015 et un Regroupement de Six partis politiques de l’opposition. La formation politique OBUTS a constamment exprimé sa conviction de ce que la désunion entre les partis politiques issus de l’opposition parlementaire et non parlementaire nourrit l’immobilisme et désoriente les populations. La formation politique OBUTS sera un acteur politique particulièrement attentif, relativement au contenu de la feuille de route et aux objectifs que s’assignera cette nouvelle alliance politique, pour ce qui regarde les grandes lignes politiques, les étapes politiques, l’orientation politique, la stratégie politique et le plan d’actions politiques qui seront mis en mouvement.

Au plan social et de la vie des populations, incontestablement, le quotidien d’une large majorité de Togolaises et de Togolais devient de plus en plus difficile ; nombreux sont les Togolaises et les Togolais qui peinent à s’offrir trois (3) repas équilibrés par jour ; nombreux sont les Togolaises et les Togolais qui n’ont aucun accès à des soins de santé élémentaire ; nombreux sont les Togolaises et les Togolais qui sont déscolarisés ; nombreux sont les Togolaises et les Togolais qui sont à la recherche du premier emploi, nombreux sont les Togolaises et les Togolais qui n’ont accès ni à l’eau courante ni à l’électricité ni à un logement décent.

À ces égards, en termes de justice sociale, et d’éthique du personnel politique, la formation politique OBUTS propose que des dispositions législatives portant moralisation de la vie publique soient consensuellement adoptées par toutes les formations politiques siégeant à l’Assemblée nationale afin que toutes celles et tous ceux qui exercent une responsabilité publique, soient dorénavant tenus de rendre compte.

Enfin, s’agissant du comportement de quelques-uns de nos compatriotes, dépourvus de sagesse et de discernement, la formation politique OBUTS observe avec effroi, la persistance de cas de «justice» populaire en violation des lois et textes en vigueur dans notre pays.

Nous invitons en conséquence, les pouvoirs publics à faire face avec force et vigueur à ce fléau qui déshumanise l’être humain, et qui fait croire aux auteurs de ces crimes, que la société Togolaise est clémente et compréhensive à leur égard ; qu’ainsi, tout est permis, y compris mettre fin à la vie d’un Homme sur le fondement de simples soupçons non étayés, et/ou de rumeurs.

Fait à Lomé le 13 Juin 2017

AGBEYOME KODJO

Le Président

Commentaire d'article

Umalis