Développement

Dividende démographique en Afrique : Une rencontre à Lomé sur la feuille de route de l’UA

Organisée par le ministère de la Planification du Développement, la rencontre lancée ce jeudi 15 juin 2017 à Lomé a vu la participation des Représentants Résidents du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) au Togo et de la Banque Africaine de Développement (BAD).  Le thème de la feuille de route de l’Union Africaine est : « Tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse ».

La population africaine s’accroit à grande vitesse. Il se présente donc l’impérieuse nécessité de convertir ce potentiel humain en dividende démographique. C’est ce qui a été à l’origine de l’élaboration de la feuille de route de l’Union Africaine. Cette croissance démographique constitue une préoccupation majeure pour la communauté internationale eu égard de la faiblesse de la croissance économique observée dans plusieurs pays, surtout dans ceux en voie de développement. Pour le président du Comité de Pilotage du processus d’analyse du Dividende Démographique, Djerkbary Bambah, les Etats doivent mener des actions en vue d’atteindre des objectifs bien précis.

En effet, il s’agit d’abord d’améliorer l’accès des jeunes à la formation, à l’emploi et aux services financiers ainsi qu’aux activités génératrices de revenus. Ensuite, il faudra donner une place de choix à l’éducation et faciliter l’accès des jeunes des deux sexes vivant dans les régions les plus reculées. Enfin, il est important de garantir la Santé pour tous essentiellement la santé sexuelle et de la reproduction ainsi que sur la gouvernance et les droits des jeunes. « Il s’agit de faire en sorte que des actions soient menées pour impliquer beaucoup plus les jeunes dans la construction du pays afin que cette jeunesse contribue effectivement à la croissance économique », indique M. Djerkbary.

Notons que le Togo bénéficie du soutien du Fonds des Nations-Unies pour la Population (UNFPA) dans la mise en œuvre de cette feuille de route qui prend en compte les besoins de la jeunesse. « Tout investissement dans la jeunesse est un capital pour l’Etat », a précisé M. EPIE à l’issue de cette rencontre.

Commentaire d'article

Umalis