Politique

Togo : Jean-Pierre Fabre ne digère pas l’élection de Faure Gnassingbé à la tête de la CEDEAO

S’il y a un que l’élection de Faure Gnassingbé à la présidence de la CEDEAO ne réjouit pas, c’est bien le président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC). C’est lors de la 51ème session ordinaire des chefs d’Etats et de gouvernements de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) que l’élection du président togolais a eu lieu. Jean-Pierre Fabre désapprouve.

« Monsieur Faure Gnassingbé n’est pas qualifié pour être président en exercice de la CEDEAO, en raison de son attitude contraire au protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance en Afrique, en raison de son refus à opérer les réformes dans son pays », s’est justifié le chef de file de l’opposition togolaise. Justement, beaucoup d’observateurs reprochent à Faure Gnassingbé de ne pas avoir signé le protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance qui exige des chefs d’Etat des pays membres de ne faire que deux mandats.

Devant l’évidente impossibilité pour les dissidents d’empêcher cette élection hautement controversé, Jean-Pierre adresse cependant une requête aux chefs d’Etat de la CEDEAO : « Je leur demande de le (Ndlr, Faure Gnassingbé) contraindre à opérer les réformes au Togo. Parce que la désignation de quelqu’un qui met en danger la paix dans la région comme président, n’est pas normale ».

Commentaire d'article

Umalis