Politique

Nathaniel Olympio : Faure Gnassingbé à la tête de la CEDEAO, les réactions continuent

Au cours de son intervention sur les ondes de la radio Zéphyr ce mardi matin, le président par intérim du Parti des Togolais, Nathaniel Olympio n’a pas manqué de se prononcé sur l’actualité la plus brûlante au Togo et dans la sous-région. Pour lui, voir le président togolais, Faure Gnassingbé, aux commandes de la Communauté Economique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) revêt le sens de la responsabilité de ce dernier.

« Ce serait une pression supplémentaire pour lui, parce qu’il deviendra celui qui incarne les textes de la CEDEAO. Et les textes de la CEDEAO préconisent certains nombres de choses, dont l’enracinement de la démocratie, le principe de la l’alternance », s’est-il prononcé à ce sujet. Plus optimiste que ses pairs de l’opposition, le responsable du Parti des Togolais trouve que cette nouvelle responsabilité contraindra finalement Faure Gnassingbé à réaliser les réformes politiques au Togo.

« On peut espérer que les chefs d’États en décidant de donner la présidence de la conférence au chef de l’État togolais, c’est une manière de le responsabiliser sur ce qu’il doit faire pour son propre pays avant de penser aux autres pays de la sous région. Parce qu’il va incarner à ce titre tout ce qui va se passer dans les autres pays. Ce qui est sûr, il ne peut pas défendre les choses qui se passent dans les autres pays et ne pas faire la même chose dans son propre pays », a-t-il renchéri.

Commentaire d'article

Umalis